AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Somebody to lean on ◈ Maxim

AuteurMessage
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t60-life-isn-t-about-waiti

avatar

Date d'inscription : 18/02/2017
Messages : 337

MessageSujet: Somebody to lean on ◈ Maxim   Lun 20 Fév - 17:58

Somebody to lean on
Innocent, remember?

Attends…! Tu fais quelque chose ce soir ? Mélanie avait levé les yeux au ciel et esquissé un petit sourire amusé lorsque Maxim l’avait questionné. Malgré les nombreuses fois où elle l’avait repoussé ces dernières semaines, le soigneur ne semblait toujours pas prêt à abandonner. Il tentait sa chance chaque fois qu’il en avait l’occasion, et chaque fois, lui dire non devenait plus difficile encore que la fois précédente. Baissant les yeux, pesant le pour et le contre, Mélanie se mordit la lèvre inférieure, signe que son cœur et sa raison émettaient des avis divergents. Elle aurait aimé pouvoir dire oui à toutes ses propositions sans la moindre hésitation, continuer à flirter gentiment avec lui et se laisser séduire par son sourire craquant et son humour stupide, mais elle ne pouvait pas. Elle ne pouvait plus. Même si elle avait fini par se remettre de sa rupture avec Ian, même si elle était prête à se jeter à nouveau corps et âme dans une nouvelle relation, elle s’en empêchait volontairement. Elle ne voulait pas faire subir sa maladie à qui que ce soit, et encore moins à un garçon comme Maxim. Il était gentil, trop gentil. Elle était certaine que si les choses fonctionnaient entre eux –et elle savait très bien que les choses ne pourraient que fonctionner entre eux-, que si Maxim s’attachait à elle et qu’elle s’attachait à lui, elle finirait par devenir un poids pour le soigneur. Elle savait – l’intuition féminine-, que même si elle finissait par devenir insupportable parce que les douleurs finiraient par la rendre mauvaise, aigrie et impossible à vivre, il resterait à ses côtés pour la soutenir, perdant à son chevet les belles années qui se promettaient à lui. C’était hors de question, elle ne voulait même pas y songer une seule seconde. Et pourtant, elle appréciait la compagnie du jeune homme. Elle était surprise qu’après avoir été repoussé tant de fois ces derniers jours, le beau brun soit toujours là, prêt à l’inviter Dieux sait où, à faire Dieux sait quoi, plutôt que d’inviter une autre des nombreuses filles qui lui seraient facilement tombées dans les bras sur un claquement de doigts… Relevant ses yeux noisette vers Maxim, Mélanie laissa échapper un soupir de résignation en relâchant la pression sur sa lèvre inférieure. « J’ai rien de prévu, non… Ca te tente d’aller au Tap’s Bar ? » Proposa-t-elle avec un haussement d’épaules et un demi sourire qui s’élargit légèrement en apercevant la mine réjouie de Maxim. « Mais ne va pas te faire des idées, c’est seulement parce que je meurs de faim et que mon frigo est vide !  On se retrouve là-bas ! » Lança-t-elle en relâchant derrière elle la porte qu’elle avait maintenue ouverte avec son pied. Une fois à l’extérieur, Mélanie esquissa un sourire pour elle-même au seul souvenir du sourire enthousiaste de Maxim avant de froncer les sourcils et de secouer la tête. Elle s’interdisait de penser à lui de cette façon. Si ils sortaient ce soir, c’était en tout bien tout honneur. Entre collègues, entre amis tout au plus. Rien d’autre !

Elle rejoignit le parking et sa vieille Ford Capri à la peinture défraichie et prit la direction du bar en question sans même attendre Maxim qui, elle le savait, ne tarderait pas à la rejoindre avec sa propre voiture. Elle aurait pu lui proposer de faire le trajet ensemble, elle aurait pu le ramener ensuite au zoo une fois la soirée terminée pour qu’il récupère son véhicule, mais elle préférait ne pas tenter le diable. Venir chacun de son côté, c’était être sûr de rentrer chacun de son côté, ne pas dépasser les limites qu’elle s’était fixé, rester raisonnable. Lorsqu’elle se gara à proximité du petit bar à tapas une vingtaine de minutes plus tard, Mélanie en profita pour s’observer quelques secondes dans le rétroviseur central. Elle se demandait parfois si son état était visible sur son visage. Elle avait l’air plus fatiguée que d’ordinaire, elle avait aussi perdu un peu de poids depuis l’annonce, mais lorsqu’elle adressa un sourire forcé au miroir, la jolie brune se persuada qu’elle n’avait pas changé même si les douleurs dans ses articulations lui rappelaient constamment qu’elle n’était plus tout à fait la même. Elle aperçut les phares de Maxim un peu plus haut dans la rue et inspira profondément, attrapant son sac à dos sur le siège passager avant de quitter la chaleur confortable de l’habitacle. Elle fit quelques pas en direction du bar et s’arrêta devant la porte pour attendre le soigneur à qui elle adressa un petit sourire espiègle lorsqu’il parvint à sa hauteur. « T’es d’une lenteur accablante… J’ai cru que j’allais devoir entrer sans toi… » Le taquina-t-elle en se glissant dans le passage entre lui et la porte qu’il lui avait ouvert avec galanterie.  

You're the judge, oh no...
Set me free
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t48-theres-a-crack-in-your

avatar

Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 342

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Lun 20 Fév - 21:46

Somebody to lean on
Innocent, remember?

Quand on a rien à perdre, il faut toujours tenter, non ? Maxim était un adepte de cette philosophie. Selon lui, on ne pouvait que s’élever en essayant d’avancer. L’expérience faisait l’expertise… Et puis même en cas d’échec, on apprenait de ses erreurs. Alors quand le risque était minime il était idiot de s’en priver ! Son oncle l’avait toujours encouragé à agir de la sorte et ne pas avoir peur de ce qui l’attendait au bout du chemin. Il avait grandi dans cet état d’esprit et avait redoublé d’effort pour l’appliquer au quotidien et ne pas passer à côté de quelque chose. Il tentait encore aujourd’hui, dans de nombreux domaines ; et tout particulièrement avec la jolie Mélanie d’ailleurs. Au départ il ne s’agissait que d’un petit jeu avec une stagiaire plutôt mignonne. Déjà en couple, certes… Les échanges étaient des plus innocents et elle lui avait clairement fait comprendre qu’elle était bien dans sa relation, en plus d’être fidèle. Il l’avait totalement compris et accepté, s’en pour autant s’empêcher de la taquiner un peu lorsqu’elle croisait son chemin. Puis la belle brune posa finalement ses valises au zoo, avec l’obtention d’un poste fixe. Comment résister ?! Il suffisait de l’observer quelques instants pour qu’elle décroche un sourire en coin, qui en aurait fait craqué plus d’un ! Et puis il y avait cette tension presque palpable entre eux, lorsqu’elle semblait se perdre dans un voile de gêne, ou de pudeur… Maxim n’avait jamais vraiment réussi à la cerner et c’était sans doute cela qui l’attirait autant. Sans quoi il aurait eu vite fait de tourner la page ! Or, il persistait dans ce désir de l’inviter, ne serait-ce que pour boire un verre et la découvrir autrement. Les employés du zoo passaient tellement de temps ensemble… Il était impossible de dire qu’ils n’apprenaient pas à se connaitre à force. Mais lorsque chacun passait les grilles de l’entrée, tout pouvait changer. Ils regagnaient leur logement, retrouvaient leurs proches pour certains, se replongeaient dans leur jardin secret pour d’autres ou encore dévoilaient une facette qu’ils s’efforçaient de dissimuler au reste du monde tout au long de la journée… Peut-être que la douce Mélanie était différente en dehors du parc. Peut-être qu’il n’en serait que plus charmé. Mais pour le savoir, il fallait bien qu’il en fasse le constat ! Ce soir, alors qu’il l’avait croisé par hasard dans les vestiaires, il avait retenté sa chance et cela avait porté ses fruits puisqu’elle avait accepté, en lui proposant de se rendre dans un bar à tapas branché. La réaction de Maxim fut immédiate : un large sourire venant étirer ses lèvres. Enfin ! « J’ai bien cru que t’allais encore te défiler…! » -lança-t-il par pure provocation, tout en gardant un air taquin scotché au visage.

Le deal était passé : ils devaient se retrouver là-bas, chacun prenant son propre véhicule. De même, Mélanie pouvait aussi se planquer derrière l’excuse d’avoir un réfrigérateur déprimant et désespérément vide. Rapidement, Maxim avait terminé de se changer et de récupérer toute ses affaires, prenant quand même soin d’être un peu plus présentable. Cela laissait quelques minutes d’avance à la demoiselle ; un timing tout à fait raisonnable. Sans se faire prier, il était passé derrière le volant de sa Jeep Wrangler pour filer en direction des quartiers ouest de la ville. Sur le chemin il s’interrogea sur les raisons qui avaient pu la faire changer d’avis, elle déclinait toutes ses propositions, même les plus anodines. Mais son sourire n’avait pas quitté ses lèvres, satisfait de ce revirement de situation. Rapidement, il arriva près du bar en question et se gara à moitié sur un trottoir. Il aperçut alors la demoiselle s’avancer vers l’entrée de l’établissement, et récupéra son portefeuille dans son sac à dos avant de jeter ce dernier sur la banquette arrière. Il la rejoignit, sans se douter qu’elle ouvrirait les hostilités de la sorte. « Tu aurais pu. On aurait déjà une table et un verre ! » Il ponctua sa réplique d’un sourire accentué et provocateur, signe qu’elle pouvait le chercher tant qu’elle le souhaitait, il était prêt à répondre.  

Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t60-life-isn-t-about-waiti

avatar

Date d'inscription : 18/02/2017
Messages : 337

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Mar 21 Fév - 21:13

Somebody to lean on
Innocent, remember?

Elle aurait pu. Non, elle aurait dû se défiler. Trouver une nouvelle excuse stupide à servir à Maxim, encore une. Une soirée baby-sitting pour sa sœur, un truc oublié au four, un poisson rouge enrhumé, une réunion des alcooliques anonymes… N’importe quoi pourvu que la réponse soit négative. Et pourtant, lorsqu’elle avait vu le visage du soigneur se fendre en deux, Mélanie s’était réjouie elle aussi d’avoir cédé à la tentation. Après tout, Maxim était un jeune homme charmant, drôle, passionné. Il avait tout pour lui plaire. Il lui plaisait d’ailleurs, bien plus que de raison. Si elle s’était montrée réservée à son égard tant qu’elle était en couple avec Ian, la jolie brune s’était laissé séduire par Max lorsque son couple s’était lentement désintégré. Sans jamais dépasser la moindre limite, Mélanie était tombée sous le charme du soigneur de félins au point de s’imaginer parfois pouvoir retomber amoureuse. Mais ça, c’était avant… Avant son malaise, avant que les médecins ne posent un diagnostic sur sa fatigue chronique et ses douleurs articulaires constantes qu’elle avait prises pour de simples signes d’un léger surmenage. Avant ce putain de lupus. Croisant son reflet dans le rétroviseur central, Mélanie soupira après s’y être observé quelques minutes et sortit de sa voiture dans un soupir pour rejoindre Maxim qu’elle ne put s’empêcher d’embêter gentiment. C’était comme ça entre eux, ils se cherchaient gentiment, testaient leurs limites respectives. Des limites que désormais, Mélanie ne voulait plus franchir.
Se tournant légèrement vers le beau brun lorsqu’il lui répondit sans se démonter que si elle avait pris la peine d’entrer avant lui, ils seraient déjà installés et servis, la soigneuse se contenta de lui donner une tape sur le torse et de lui tirer la langue. Très mature, Mélanie !  Retrouvant son sourire qu’elle ne manqua pas de diriger vers Maxim, la jolie brune eu le réflexe d’attraper la main du jeune homme pour le guider avec elle à travers la salle où un nombre impressionnant de gens avaient pris place pour la soirée. Le Tap’s Bar était plein à craquer. « Bonsoir ! Une table pour deux ? » Une jeune hôtesse s’était présentée à eux et Mélanie lui adressa un sourire avant de hocher la tête. « Oui s’il vous plait ! » Elle avait légèrement haussé la voix pour couvrir le bourdonnement des conversations qui se mêlait sans grande harmonie à la musique d’ambiance qui s’échappait d’enceintes fixées aux quatre coins de la pièce. «On est un peu bondés ce soir, c’est une soirée spéciale, avec initiation à la danse. Un petit groupe va venir jouer plus tard ! » La serveuse, leur parlait tout en les invitant à la suivre. Sa main toujours calée dans celle de son collègue pour être certaine de ne pas le perdre, Mel se retourna vers lui et lui adressa un sourire enthousiaste accompagné d’un haussement de sourcil. « Ca a l’air fun ! » Lança-t-elle à son attention au moment où ils atteignirent enfin une table haute surmontée de deux tabourets. « Voilà la carte, je repasse d’ici cinq minutes pour prendre votre commande ». Les laissant seuls dans un petit coin de la salle légèrement à l’écart, beaucoup plus calme, la serveuse s’éclipsa et Mélanie s’installa sur l’un des deux tabourets, délaissant la main de son collègue pour ouvrir rapidement la carte à la recherche du menu des tapas. « T’es déjà venu ? Leur mix tapas est super bon, ils ont des bouchées au cheddar à tomber par terre ! ». La carte était loin de satisfaire aux recommandations de son médecin en matière d’hygiène alimentaire, mais Mélanie s’en fichait. Elle tenait à profiter de sa soirée.  

You're the judge, oh no...
Set me free
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t48-theres-a-crack-in-your

avatar

Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 342

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Mar 21 Fév - 22:18

Somebody to lean on
Innocent, remember?

« Quelle répartie… » -souffla-t-il alors que la jeune femme n’avait rien trouvé de mieux à faire que de lui donner un léger coup sur le torse en lui tirant la langue. C’est sûr que là, il ne faisait probablement pas le poids face à elle ! Néanmoins il ne lui en tenait pas rigueur car elle avait aisément tout effacé en un simple sourire. Comme quoi, il en fallait peu pour conquérir Maxim ! C’est le plus naturellement du monde qu’elle lui avait pris la main et qu’il s’était laissé entraîné dans le bar à tapas. La réputation de l’endroit n’était plus à faire, et on pouvait en faire le constat à la simple vue de cette foule de clients. Ca les changeait clairement du calme régnant dans le zoo une fois les grilles fermées. Ici, il y avait de la musique, les conversations s’entremêlaient et chacun tentait de hausser le ton pour se faire comprendre et couvrir ainsi le bruit que faisait son voisin. L’ambiance tamisée mais pas moins chaleureuse invitait la clientèle à se détendre autour d’un verre et de s’évader un peu. En tout cas, c’était l’impression qu’en avait Maxim ! Il observait les gens autour d’eux, attardait son regard sur des tables… Il en avait tout le loisir puisque Mélanie avait clairement pris les choses en mains et le guidait ! Ce n’est que lorsqu’elle se stoppa devant une hôtesse qu’il reprit complètement pieds dans la réalité. Ils eurent la joie d’apprendre qu’ils tombaient à pique, puisqu’il y avait une soirée spéciale -qui expliquait tout ce monde. A l’annonce de son thème, Maxim esquissa un sourire un peu crispé. Ô joie, de la danse…! Aux vues du nom de l’établissement, de l’ambiance un peu latino des lieux, et de sa grande chance, cette initiation allait sans doute être centré sur des danses latines nécessitant précision et sensualité. Or, Maxim n’était pas un grand danseur. Il devait maîtriser la macarena… Et encore ; il se plantait une fois sur deux au moment où les mains passaient de la taille aux fesses ! Là, il se contenta de sourire légèrement, laissant planer le doute sur ses compétences et son enthousiasme face à une telle activité. Mélanie en semblait ravie, ce qui termina de l’achevé. L’hôtesse les mena à une table miraculeusement libre et un brin reculée, et c’est toujours main dans la main qu’ils s’y rendirent. D’ailleurs, ça n’était pas un peu bizarre ? Il était partagé à ce sujet : il se donnait l’impression d’être un enfant que l’on tient fermement par la main pour ne pas le perdre dans la foule et, à la fois, il ne pouvait pas s’empêcher de profiter de la douceur de cette infime étreinte. « Merci. » -lança-t-il poliment à la serveuse, alors que Mélanie le relâchait et qu’ils prenaient tout deux place à leur table. « Une ou deux fois… Du moins, de ce que je me souviens ! » Il haussa les épaules, se rappelant quelques soirées bien arrosées sans forcément pouvoir remettre un nom sur les lieux qui en avait été témoins. Pourtant ce décor ne lui était pas étranger… En se penchant sur la carte, la jolie brune soumettait déjà son avis sur la nourriture. « Tu as l'air d'être une habituée... Mmh... Allez ! Je te fais confiance pour ce fameux mix de tapas ! » D’un rapide coup d’œil, il parcouru la carte des boissons et fit son choix. Pour lui c’était tout vu d’avance : une pinte de bière blonde, aux légers parfums d’agrumes.

Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t60-life-isn-t-about-waiti

avatar

Date d'inscription : 18/02/2017
Messages : 337

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Jeu 23 Fév - 6:06

Somebody to lean on
Innocent, remember?

Un petit sourire au coin des lèvres, Mélanie leva les yeux pour elle-même lorsque Maxim se moqua gentiment de son manque de répartie. Sa mère lui avait longtemps seriné que quand on ne savait pas quoi dire, et surtout quand on ne savait pas quoi dire de gentil, il était préférable de se taire. Seulement, trop têtue pour ne pas réagir, Mélanie appliquait cette philosophie de vie à sa manière. Traversant la foule, sa main chaude fermement ancrée dans celle de Maxim sans réellement y faire attention, la jolie brune suivit leur hôtesse jusqu’à une table légèrement reculée. Le bar était plein à craquer, et pourtant, à cet endroit, caché derrière une décoration florale factice il semblait facile de se croire un peu à l’abri du reste du monde. A condition de faire abstraction du vacarme ambiant, c’était même relativement le cas. De toute façon, personne ne faisait jamais réellement attention à personne. La preuve, personne dans son entourage n’avait encore réalisé qu’elle était malade malgré la quantité d’anti-inflammatoires et d’antidouleurs qu’elle avalait chaque jour. Peut-être se cachait-elle trop bien, ou alors, comme elle le pensait, à tort ou à raison, peut-être que chacun était trop occupé à se soucier de ses propres problèmes pour chercher à s’embêter avec ceux des autres. Et ça l’arrangeait. Mélanie souhaitait continuer à vivre quasi-normalement, si c’était presque impossible compte tenu de tous les changements que le lupus allait apporter à sa vie, elle espérait malgré tout pouvoir donner le change auprès de son entourage, du monde extérieur. L’un des changements majeurs reposait sur son alimentation et sa consommation d’alcool. Même si elle n’en était pas grande amatrice, la soigneuse aimait malgré tout s’accorder un cocktail de temps à autre, et la junk food était souvent au menu de ses soirées de célibataire, seule dans son petit appartement. Seulement désormais, elle devait composer avec la maladie et ses contraintes. Parcourant la carte des cocktails des yeux, c’est sur un mix de jus de fruits sans alcool que son choix se porta tandis qu’elle questionnait Maxim sur la fréquence de ses visites. «  De ce que tu te souviens ? T’es atteint d’Alzheimer ou t’es toujours trop saoul pour te souvenir de tes soirées ? J’espère au moins que tu te souviendras de celle-ci… » Un petit sourire malin étira ses lèvres et elle attarda son regard pétillant sur le beau brun avant de retourner à la consultation du menu qu’elle connaissait déjà plutôt bien. Sans être une réelle habituée des lieux, Mélanie y était malgré tout venu à plusieurs reprises depuis son arrivée à Tampa deux dans plus tôt. « C’est ici qu’on vient avec ma sœur quand elle a besoin de souffler un peu. Elle adore leurs minis merguez… » Haussant à son tour les épaules, sans se départir de son sourire, le visage de la jeune femme s’illumina un peu plus lorsque Maxim accepta de suivre ses conseils pour commander un assortiment de divers tapas. « Tu le regretteras pas, c’est promis ! » Annonça-t-elle gaiement alors que la serveuse se postait à nouveau à leurs côté en déposant un petit bol d’olives devant eux, en guise de bienvenue. « Vous avez fait votre choix ? » Hochant la tête poliment, Mélanie reprit la parole, son regard noisettes posé sur la jeune femme : « On va prendre deux mix tapas à partager. J’ai vraiment faim – Se justifia-t-elle auprès de Maxim sur lequel elle reporta son attention quelques secondes, accompagnant ses paroles d’un sourire amusé- et pour moi, ce sera un V.I.P. Qu’est-ce que tu prends ? » Questionna-t-elle alors en coulant son regard interrogateur sur son collègue. Elle était curieuse de savoir ce qu’il allait choisir, quelque chose de léger, de fort ? Elle avait l’impression que de sa réponse dépendait largement le fait qu’il veuille ou non, se souvenir de cette soirée.

You're the judge, oh no...
Set me free
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t48-theres-a-crack-in-your

avatar

Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 342

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Jeu 23 Fév - 17:07

Somebody to lean on
Innocent, remember?

Alzheimer ? Pas à sa connaissance ! Seulement il lui arrivait d’avoir un peu trop confiance en ses capacités à tenir l’alcool et se laisser porter par l’euphorie d’une soirée agitée, où les verres se succédaient sans même qu’il ne s’en rende vraiment compte. A qui ça n’était jamais arrivé ? Sorties entre potes, avec des collègues que l’on considérait comme des amis, des proches, voir même parfois avec de parfaits inconnus qui semblaient tout simplement sympathiques…! De nombreuses situations pouvaient entrainer une perte plus ou moins temporaire de la mémoire. Pour le coup, Maxim se souvenait qu’il était déjà venu ici, mais il aurait été incapable de lui citer le nombre exact de visites et chacune des occasions… Il esquissa un sourire amusé à la suite de sa remarque, se rendant compte qu’il passait pour un véritable pilier de bars, alcoolique en puissance. Doucement, il se frotta la nuque et ne chercha pas à se justifier davantage, sentant qu’il allait sûrement aggraver son cas plus qu’autre chose ! Or, il espérait lui laisser une assez bonne impression à la suite de cette fameuse soirée… Espoir qui semblait partagé puisqu’elle avouait naturellement souhaiter qu’il se souvienne de ce moment. C’est qu’il avait ramé pour l’obtenir ! Inutile de préciser qu’il n’allait pas enchainer les shooters d’alcool fort et finir par danser sur le bar alors que Mademoiselle James lui avait enfin daigné lui accorder cette attention particulière ! D’ailleurs, il le lui rendait plutôt bien, ayant un mal fou à détacher son regard de la jeune femme. Il la détaillait, appréciant la moindre de ses expressions et réactions, comme cette légère fossette qui se dessinait au coin de ses lèvres lorsqu’elle souriait. Elle avait l’air à son aise ici, et lui donnait l’impression de bien connaître les lieux vu comme elle le conseillait et lui vendait les spécialités de l’établissement latin. Mélanie lui confiait même qu’elle venait de temps en temps avec sa sœur, lui dévoilant un peu plus de sa vie par cette anecdote. Maxim approuva donc sa suggestion… « J’espère bien ! Sinon, je demanderais une compensation… » Il prit un air innocent en annonçant cela, la laissant alors imaginer ce qu’elle voulait derrière ces mots. La jolie serveuse revint vers eux pour prendre la commande, et c’est Mélanie qui prit la parole pour énumérer ce qu’elle souhaitait consommer. En l’entendant justifier le nombre d’assiettes qu’elle venait d’énoncer, Maxim ne pu s’empêcher de la taquiner un peu, levant légèrement ses mains au niveau de son torse et en affichant une mine sérieuse, voulant dire « Oh mais fais comme tu le sens, je ne voudrais pas te contrarier ! ». Elle termina par sa boisson et se tourna vers lui en l’interrogeant. « Pour moi, une pinte de blonde. De la Bud, ça sera parfait. » Il remercia d’avance la serveuse avec un sourire amical, qu’elle lui rendit avec un plaisir non dissimulé. Tout en récupérant les cartes, elle laissa glisser son regard sur lui, alors qu’il se redressait un peu sur son tabouret et retirait son portefeuille de la poche arrière de son jean, qui le gênait. Maxim n’y prêta pas tellement attention et l’employée du Tap’s Bar tourna les talons, leur offrant alors un semblant d’intimité. Enfin… si on pouvait réellement considérer cela comme tel, avec ce brouhaha ambiant, les tables voisines et l’étiquette amicale que leur avait collé Mélanie avant même de quitter le zoo. « Alors… Tu vas souvent boire un verre avec tes collègues simplement parce que ton frigo est vide ? » Il lui adressa un regard interrogateur, et ne pu que soutenir son regard noisette. C’était lui ou elle le regardait bizarrement là ? « Quoi ? J'ai dit un truc qu'il ne fallait pas ? »


Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t60-life-isn-t-about-waiti

avatar

Date d'inscription : 18/02/2017
Messages : 337

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Jeu 23 Fév - 21:31

Somebody to lean on
Innocent, remember?

La gêne de Maxim fit sourire Mélanie de plus belle et la jeune femme lui adressa un regard malicieux avant de laisser ses yeux noisettes se promener aux alentours. Les mains jointes, avant-bras posés sur la table, légèrement penchée sur la carte, elle recommanda presque automatiquement à Max l’une des spécialités du bar, promettant qu’il ne regretterait pas de lui faire confiance. Mini-brochettes de poulets, petits beignets fourrés de fromage, de pommes de terre ou d’une sauce salsa, tout était absolument délicieux, Mélanie était sûre de son coup et ne fut pas le moins du monde impressionnée par la compensation que Maxim lui promis de demander si il sortait déçu. Un petit air de défi sur le visage, un sourire au coin des lèvres, la jolie brune haussa malgré tout un sourcil à la fois provocateur et interrogateur à son attention. Elle était curieuse de savoir ce que lui vaudrait une erreur. Un mauvais point ? Une fessée ? Cette seule pensée la fit sourire, mais elle n’eut pas le loisir de questionner Maxim. Dévouée, la serveuse qui les avait conduit jusqu’à leur table était déjà de retour, prête à prendre leurs commandes. Les yeux brièvement baissés sur la carte, Mélanie lui annonça son choix sans tarder mais ne fut pas surprise de constater que la jeune femme ne l’écoutait pas vraiment lorsqu’elle reporta son attention sur elle après avoir interrogé son collègue. La jolie métisse dévorait le soigneur de ses yeux clairs en se mordant distraitement la lèvre inférieure. Même la situation l’amusait, Mélanie ne put s’empêcher de sentir une pointe de jalousie l’envahir lorsque le jeune homme adressa un sourire à la serveuse pour la remercier. Baissant les yeux, la jolie brune serra les dents et déglutit de dépit, mordant à son tour sa lèvre inférieure sans réellement y faire attention. Elle enviait cette jeune femme, libre de flirter ostensiblement avec Maxim si elle le souhaitait. Elle enviait la bonne santé apparente de cette fille alors que la sienne finirait par l’abandonner progressivement… Reniflant légèrement, lorsqu’elle releva les yeux pour croiser ceux du beau brun, Mélanie soutint son regard l’espace de quelques secondes avant de laisser échapper un rire léger, à peine plus audible qu’un soupir. Secouant la tête, amusée par sa question, elle l’observa quelques secondes avec tendresse, chose qui sembla troubler le soigneur qui la questionna à nouveau. Un rire plus franc s’échappa cette fois d’entre ses lèvres pleines et la jolie brune secoua à nouveau négativement la tête. « T’as vraiment rien remarqué ? » Demanda-t-elle en retrouvant un semblant de sérieux. « Cette fille, j’ai bien cru qu’elle allait te supplier de la prendre là, sur la table… ! » Lança-t-elle le regard rieur. « Elle te dévorait des yeux et t’as absolument rien vu… ». Tendant la main pour s’emparer d’une olive plantée sur un cure dents,  Mélanie conserva un sourire amusé sur le visage, son regard rieur toujours braqué sur son collègue tandis qu’elle glissait l’olive entre ses lèvres, refermant ses dents parfaitement alignées sur le petit pic en bois avec lequel elle joua quelques secondes avant de le retirer pour reprendre la parole. « Mais si tu veux tout savoir, non, je ne sors pas souvent boire un verre avec mes collègues simplement parce que mon frigo est vide. Pour la bonne et simple raison que mon frigo est rarement vide… » Ironisa-t-elle en plantant son cure dents dans une nouvelle olive qu’elle porta aussitôt à sa bouche. Mordant dans le fruit qui explosa dans sa bouche en répandant son jus salé dans sa gorge, elle observa Maxim avec attention, haussant à son tour un sourcil interrogateur. Puisqu’ils en étaient à se poser des questions, elle en avait une pour lui. « Et toi, tu demandes souvent à tes collègues ce qu’elles font de leur soirée après le boulot, ou bien c’est juste moi ? » Questionna-t-elle sans le quitter des yeux.

You're the judge, oh no...
Set me free
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t48-theres-a-crack-in-your

avatar

Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 342

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Jeu 23 Fév - 23:37

Somebody to lean on
Innocent, remember?

Qu’aurait-il dû remarquer ? Mélanie s’était mise à rire et cela avait le don de le troubler car il ne savait pas ce qui en était la cause. Il n’y avait rien de plus horrible que de rester dans l’ignorance tout en ayant l’impression d’être au cœur de l’histoire ! Est-ce qu’elle le trouvait drôle ? Avait-il fait quelque chose de travers ? En fait, c’était la voir se retenir de rire qui l’avait un peu bousculer, se demandant ce qui pouvait bien se passer pour qu’elle réagisse de la sorte. Face à sa surprise et son interrogation, elle s’était contenté de hocher négativement la tête, comme pour le rassurer… Non, il n’avait rien fait de mal. Oui mais alors pourquoi riait-elle ?! Ça avait plutôt l’effet inverse sur lui, finalement. Maxim esquissa tout de même un sourire en coin, luttant pour garder la face devant une situation qu’il ne maîtrisait pas du tout. Pire encore, il avait l’impression qu’elle lui échappait doucement, sans qu’il ne parvienne à reprendre le dessus. « Quoi ? La serveuse ?! » Machinalement il accompagna ses mots d’un geste et la désigna rapidement. "On ne montre pas du doigt !" -lui aurait dit sa tante en fronçant les sourcils, comme s’il avait encore six ans ! C’était cette nana qu’il aurait dû remarquer ?! Certes, il avait bien vu son charmant sourire, mais de là à ce qu’elle en arrive à faire ce que prétendait Mélanie… Ils n’avaient pas vu la même chose. Impossible. Maxim n’avait pas la prétention de se considérer comme un tombeur, si bien qu’il ne relevait pas toujours lorsqu’il avait une touche avec une demoiselle. Parfois, il passait même complètement à côté… Mais ce soir, si il n’avait pas relevé les battements cils de cette hôtesse, c’était simplement parce que l’intérêt n’était pas réciproque. Le constat que faisait la jolie brune le surprenait un peu, car si cette serveuse le dévorait littéralement du regard, lui c’était quelqu’un d’autre qu’il fixait intensément : Mélanie. « La prendre sur la table… Mmh… Charmant ! » Il releva les sourcils et adressa un regard à la fois taquin et amusé à sa collègue, qui ne se privait pas de le lui rendre. C’était très imaginé et cela ne pouvait que faire rire doucement le soigneur. Mélanie affirmait ce qu’elle avançait et appuyait ses propos par son attitude assurée et presque provocante. Indépendamment de toute bonne volonté, l’attention du jeune homme se retrouvait complètement accaparée par cette satanée olive qui venait de glisser entre les lèvres pulpeuses de la brunette. Un geste anodin, et pourtant il avait été suffisant pour qu’il bloque quelques centièmes de secondes sur cette délicieuse bouche rosée. Tant bien que mal, il se raccrocha à ce qu’il pouvait pour reprendre pieds et se focalisa sur ce qu’elle voulait bien lui avouer, comme entre autre le fait qu’elle sortait rarement avec ses collègues pour échapper à une diète forcée. Il acquiesça d’un signe de tête, comme rassuré et flatté de savoir qu’elle avait accepté pour une autre raison que de faire taire la faim. Elle lui posa en retour une question, qu’il ne pu d’ailleurs qu’apprécier puisqu’elle lui permettait de se concentrer sur autre chose que ses lèvres et d’être surtout obligé de le faire ! Le plus franchement du monde, Maxim n’y alla pas par quatre chemin : « Juste toi. Je pensais que tu l’avais compris quand même. » Évidemment, il cherchait à la titiller un peu avec cette réflexion. Une remarque qui n’avait pour simple but que de la tester. Il soutenait son regard sans broncher, se lançant mentalement le défi de tenir le plus longtemps possible et de la faire céder en première. C’était elle qui allait détourner le regard, qui plierait la première ! Il s’en faisait silencieusement la promesse, en ancrant solidement son regard clair dans ses yeux noisettes. Il les détaillait avec une telle précision qu’il aurait pu y percevoir toutes ses nuances et même y déceler une étincelle !  


Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t60-life-isn-t-about-waiti

avatar

Date d'inscription : 18/02/2017
Messages : 337

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Sam 25 Fév - 12:12

Somebody to lean on
Innocent, remember?

La jolie brune écarquilla légèrement les yeux lorsque Maxim demanda confirmation, jetant au jeune homme un regard incrédule. Quoi ? N’avait-il réellement pas remarqué tous les sourires qu’elle lui avait adressé dans l’espoir qu’il n’en remarque ne serait-ce qu’un seul ? N’avait-il pas vu la façon dont elle l’avait déshabillé du regard? Elle peinait à y croire. Levant les yeux au ciel, elle esquissa un petit sourire en coin. Il lui arrivait souvent de sourire de façon plus prononcée d’un côté que de l’autre. « Non, le vieux là-bas qu’a l’air d’avoir un truc coincé dans son appareil dentaire ! –Elle désigna un vieillard qui semblait essayer de décoller quelque chose de ses gencives avec sa langue, sans grand succès visiblement avant de reporter son attention sur son collègue- Bien sûr la serveuse ! » Maxim était un homme charmant, Mélanie comprenait sans mal l’hôtesse. Elle-même s’était surprise un nombre incalculable de fois à le regarder à la dérobée. Elle s’était cependant montrée bien plus discrète que l’employée du bar. Elle l’espérait tout du moins. D’abord parce qu’elle avait commencé à éprouver de l’intérêt pour le soigneur avant même que sa relation avec son ex-petit ami n’ait réellement prit fin –ce dont-elle s’était sentie coupable plus d’une fois-, et ensuite parce qu’elle ne souhaitait pas envoyer de signaux contradictoires au beau brun. Elle ne voulait pas d’une relation avec lui. Du moins rien d’autre qu’une possible amitié. Ou plutôt si. Elle voulait être avec lui, à lui, même pour une nuit si c’était tout ce qui l’intéressait. Mais elle ne pouvait pas. Elle ne voulait pas prendre le risque de s’attacher à lui. Ou pire, qu’il s’attache à elle. Esquissant un sourire accompagné d’un petit rire léger, Mélanie releva les yeux vers le jeune homme et se redressa légèrement lorsqu’il reprit ses paroles à propos de la serveuse, levant les mains en l’air comme pour s’innocenter : « C’est pas moi qui le dit, ce sont ses yeux ! » Plaisanta-t-elle avant de s’emparer d’une olive qu’elle glissa entre ses lèvres sans remarquer une seule seconde à quel point son geste avait troublé Maxim à la question duquel elle répondit rapidement avant de lui en poser une à son tour. Elle était curieuse de savoir combien d’autres filles au sein du zoo avaient eu le loisir de partager une soirée similaire en compagnie du soigneur. Sans l’imaginer avoir invité toute la gente féminine du parc, Mélanie se doutait malgré tout que quelques-unes des employées avaient dû attirer son attention. Après tout, les jolies filles ne manquaient pas à Tampa ou ailleurs et même si depuis son arrivée elle ne lui avait connu aucune relation officielle ni ne l’avait jamais vu flirter avec qui que ce soit, Mélanie était incapable d’imaginer qu’il n’ait pas eu la moindre conquête. Il était seulement discret sur sa vie privée, quelque chose qu’elle comprenait parfaitement. Pourtant, elle fut surprise de l’entendre affirmer qu’il ne s’agissait que d’elle et qu’il pensait qu’elle l’avait déjà remarqué. « Oh… » Croisant son regard, la soigneuse eu subitement l’impression que tout l’oxygène de ses poumons venaient de s’échapper. Le souffle coupé, son cœur lui sembla rater un battement et une sensation de chaleur intense irradia tout son épiderme. Son corps semblait prendre feu, du bas ventre jusqu’aux oreilles. Machinalement, la jolie brune passa une langue humide sur ses lèvres, son regard ne quittant pas celui de Maxim. Elle voulait à tout prix éviter de succomber au charme du beau brun, mais il ne lui facilitait clairement la tâche. En témoignait la violente envie qui la rongeait désormais et contre laquelle elle luttait férocement. Celle de se pencher par-dessus la table pour venir cueillir les lèvres du garçon, ou pire, carrément envoyer valser la table pour se jeter directement dans ses bras. «Un V.IP et une bière » Annonça une voix qui la ramena à la réalité. Clignant des yeux en voyant le bras hâlé de la serveuse passer devant elle, Mélanie croisa à nouveau brièvement le regard de Maxim et détourna le regard, ses joues prenant une très légère teinte rosée. « Merci… » Souffla-t-elle à l’attention de la jeune femme avec un sourire légèrement gêné avant de baisser les yeux vers son verre, les incisives fermement plantées dans sa lèvre inférieure. « Je vous apporte les assiettes de Tapas d’ici 5 min » Ajouta la métisse en coulant un sourire en direction de Max avant de s’éloigner. Hochant imperceptiblement la tête, Mélanie releva les yeux vers son collègue et lui adressa un sourire mordu qui amplifiait la présence de sa fossette au creux de sa joue. « Tu devrais jeter un œil sous ton sous verre… Elle y a peut-être laissé son numéro… » Souffla-t-elle finalement, orientant à nouveau le sujet sur la concurrence tout en s’emparant de la paille dans son verre pour la porter à ses lèvres.

You're the judge, oh no...
Set me free
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t48-theres-a-crack-in-your

avatar

Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 342

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Sam 25 Fév - 13:19

Somebody to lean on
Innocent, remember?

Peut-être avait-il remarqué l’attitude de cette fameuse serveuse, mais il était bien loin d’en avoir une interprétation aussi tranchée que Mélanie. Il s’en étonnait un peu et la brunette en profitait pour appuyer davantage ce qu’elle avançait, comme s’il était question d’une évidence et qu’il était complètement aveugle ou idiot. Machinalement, il avait tourné la tête pour chercher du regard le vieillard qu’elle avait désigné. Il grimaça légèrement en voyant le pauvre homme lutter contre ses propres dents ; rictus qui se transforma bien vite en un sourire plus franc et amusé. « J’espère qu’il ne m’a pas repéré celui-là ! Je pense que tu serais plus son style, d’ailleurs ! » -répliqua-t-il simplement pour la taquiner. Elle prétendait pouvoir lire dans les yeux d’autrui, s’en amusait et l’embêtait au sujet de cette serveuse… Alors que lui, il aurait préféré décrypter les siens et qu’elle lui livre ses secrets. Mélanie était un mystère, qui semblait s’assombrir de plus en plus au fil des semaines. Elle l’intriguait autant qu’elle l’attirait, devenant alors une vraie source d’interrogations et faisant naitre, avouons-le, certains fantasmes. « Oui, on dira ça… Ce sont ses yeux qui le disent ! » Maxim leva les siens au ciel et afficha un sourire en coin. Elle le faisait rire, et c’était quelque chose qui lui plaisait énormément. En sa présence, le jeune homme se sentait bien. Il était des plus détendu et se laissait aller à la plus grande des franchises avec elle. Comme lorsqu’il lui avouait qu’il n’avait qu’elle en ligne de mire depuis quelques temps. Aussitôt, le comportement de la belle sembla changer. Il venait de la déstabiliser et en était plutôt fier en fait ! Elle paraissait quelque peu gênée, ses joues prenant une teinte légèrement rosée, tandis qu’elle se mordait doucement la lèvre. Cette bouche, bon sang ! Elle ne devait pas s’en rendre compte, mais elle agissait d’une façon que Maxim trouvait particulièrement sexy et il craignait de se faire prendre à son propre piège. Il se faisait violence pour ne pas détourner le regard en premier, ancrant solidement le sien dans les pupilles noisettes de sa collègue. Le silence se fit entre eux -si on pouvait le considérer ainsi vu le lieu- et une étrange tension s’installa à leur table. Maxim avait retrouvé tout son sérieux et prenait plaisir à détailler la moindre réaction de la jeune femme. Tout aurait pu être parfait, il aurait sûrement cédé à la tentation de l'embrasser, si la petite métisse au service n’avait pas refait apparition avec leurs verres. Ce fut comme un déclic pour Mélanie, qui baissa la tête et rompit le contact visuel avec lui. Poliment, Maxim remercia la serveuse, alors qu’il l’invitait en même temps et simplement dans ses pensées à vite tourner les talons et les laisser tranquilles. Dans 5 minutes elle serait de retour, mais tant pis… Il prenait tout le temps que Mélanie voulait bien lui accorder ! Et là, il fallait reprendre pieds… Elle se montrait pourtant toujours piquante à son égard, en relançant le fait qu’il se faisait draguer devant elle ! Par provocation, Maxim aurait pu jouer le jeu et appliquer ce qu’elle suggérait en vérifiant s’il y avait oui ou non des coordonnées inscrites sur la cartonnette. Or, il préféra se saisir de l’occasion pour revenir où ils en étaient avant que la serveuse débarque. « Peu importe s’il y a un numéro là-dessous. Je n’en veux pas. » Sans ajouter le moindre mot, il prit le temps d’observer Mélanie quelques instants. Il n’était pas si naïf qu'il en donnait l’air au premier abord et devinait sans mal qu’elle tentait de se défiler à nouveau et de changer de sujet. Or, il ne comprenait pas pourquoi elle le fuyait de la sorte ? Il n’avait pas l’impression d’être un boulet puisqu’il se montrait toujours très respectueux et leurs échanges étaient toujours complices. Peut-être qu’il ne lui plaisait pas finalement, et qu’il fallait qu’il se rende à l’évidence… Pourtant, cette attraction qui le tiraillait sans cesse et le ramenait à chaque fois vers elle ne pouvait pas être aussi forte et à sens unique, non ? En plongeant à nouveau son regard dans le sien, Maxim essayait en vain de sonder l’esprit de la demoiselle, à défaut de comprendre les sentiments et émotions qui pouvaient se cacher dans sa poitrine…  


Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t60-life-isn-t-about-waiti

avatar

Date d'inscription : 18/02/2017
Messages : 337

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Dim 26 Fév - 14:54

Somebody to lean on
Innocent, remember?

En voyant Maxim s’intéresser au pauvre bougre qu’elle lui avait désigné, Mélanie tourna elle aussi à son tour la tête en direction du vieil homme qu’elle observa brièvement, une expression clairement écoeurée sur le visage qui se transforma en une véritable grimace lorsque le jeune homme lui fit remarquer qu’elle avait toute les chances de plaire à ce vieillard. « J’ai vraiment rien contre les types plus vieux que moi, mais j’ai quand même des principes… Pas plus de dix ans… » Plaisanta-t-elle en reportant son attention sur son collègue, bien plus agréable à regarder que ce vieillard qui, comme elle, semblait se battre contre son propre corps. Un sourire aux lèvres, Mélanie laissa échapper un petit rire en voyant le beau brun lever les yeux au ciel. Elle aimait la façon qu’il avait de réagir à son humour idiot et admirait la franchise dont il était capable de faire preuve. Il n’y avait qu’elle. Cette révélation la troublait, la ravissait, autant qu’elle l’attristait. Elle était flattée de savoir qu’elle lui plaisait, vraiment. De savoir qu’elle n’était pas qu’une fille parmi d’autres avec lesquelles il aurait aimé passer du bon temps. Seulement, cette nouvelle ne lui plaisait qu’à moitié. Car si Maxim ne s’intéressait qu’à elle, il risquait d’en sortir déçu. Pas parce que l’intérêt n’était pas réciproque, mais seulement parce que pour une nuit ou pour la vie, Mélanie ne souhaitait partager son fardeau avec personne. N’être un fardeau pour personne. Son regard ancré dans celui du jeune homme, la jolie brune sentait pourtant sa volonté flancher. Elle n’était qu’humaine après tout. Malade ou pas, son cœur continuait à battre dans sa poitrine. Elle continuait à éprouver toute la palette de sentiments qui faisaient de l’être humain ce qu’il était. La joie, la peine, l’amour, la haine… Le désir… Elle aurait pu succomber à celui d’embrasser Maxim si la serveuse ne s’était pas immiscée entre eux, rompant le contact oculaire qui s’était établit entre les deux soigneurs et par la même occasion, l’alchimie qui les avait liés l’un à l’autre. Même si elle ne l’appréciait pas outre mesure, notamment parce qu’elle s’intéressait à son collègue de la façon la moins discrète qui soit sans se soucier de sa présence à elle, Mélanie ne pouvait que remercier intérieurement la jeune femme de l’avoir empêché de commettre une bêtise. Malgré tout, la métisse ne s’attarda pas, et bientôt, la jolie brune se retrouva à nouveau seule avec Maxim. Aussi seule que l’on pouvait l’être dans une salle de restaurant noire de monde tout du moins. La présence de la foule ne changeait pourtant rien au fait qu’ils n’étaient là que tous les deux, à se regarder dans le blanc de l’œil, trop intimes pour que Mélanie se sente totalement à l’aise, plus encore après la confession de Max qu’elle essaya de noyer dans la conversation en l’incitant à regarder son le petit carton qu’avait glissé leur hôtesse sous son verre pour protéger la table de l’humidité. Emettant l’hypothèse que la jeune femme y avait peut-être glissé son numéro, la petite brune aspira une gorgée de son cocktail tout en observant Maxim l’air de rien. Haussant un sourcil face à son manque de réaction, Mélanie fut surprise de l’entendre affirmer qu’il se moquait de savoir si cette fille avait effectivement profité de l’occasion pour lui laisser ses coordonnées. Se redressant sur sa chaise, elle soupira profondément en posant de nouveau son regard dans le sien. Elle avait du mal à comprendre qu’il ne puisse s’intéresser qu’à elle quand la majorité de la population féminine de la ville, et probablement aussi une partie de la population masculine, aurait probablement payé cher pour obtenir ne serait-ce qu’un sourire de sa part, à l’instar de cette serveuse qui se donnait du mal pour capter son attention l’espace de quelques secondes. Pourquoi diable fallait-il qu’il ait jeté son dévolu sur elle quand elle se donnait tant de mal pour le repousser ? Et pourquoi diable fallait-il qu’il lui complique la tâche en étant aussi craquant ? Baissant un instant les yeux pour se redonner une contenance, chasser son trouble, la jeune femme releva finalement les yeux vers Maxime avant de reprendre la parole. « Pourquoi moi ? » Demanda-t-elle avec sérieux en l’observant attentivement. « J’veux dire, pourquoi pas Calypso, ou Cloé, ou la nouvelle… Amy ? » Elle allait ajouter Silver à ses propositions lorsqu’elle se rappela que cette dernière n’était pas exactement le genre de fille à intéresser Maxim, notamment parce qu’elle était ouvertement homosexuelle en plus d’exaspérer le jeune homme avec sa musique qu’il semblait toujours considérer comme inopportune. Ses yeux sombres posés sur le beau brun, Mélanie haussa un sourcil interrogateur dans l’attente de sa réponse qui étrangement, la rendait anxieuse.

You're the judge, oh no...
Set me free
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t48-theres-a-crack-in-your

avatar

Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 342

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Dim 26 Fév - 20:13

Somebody to lean on
Innocent, remember?

A la réflexion de Mélanie concernant le vieillard et la différence d’âge qu’elle s’autorisait dans une relation, Maxim s’efforça de retenir un commentaire, soulignant alors que pour sa part c’était totalement jouable ! Loin de lui l’envie de se coller l’étiquette du boulet par ce genre d’actions et de répliques ! Il se contenta donc d’esquisser un sourire et d’hocher légèrement la tête, amusé par la scène et les précédentes grimaces de la demoiselle. Les aveux qui suivirent semblèrent quelque peu troubler Mélanie, qui gardait le silence. Cette fois-ci, elle ne s’était pas empressée de le rembarrer, lui faisant à nouveau comprendre qu’il rêvait s’il pensait qu’elle cèderait un jour à ses avances. Avec elle, il collectionnait désormais quelques stop… Sans pour autant que ces derniers soient très francs et directs ; lui permettant alors de pouvoir sauver son honneur. Il tentait de se rapprocher avec finesse… Et lorsqu’il sentait qu’elle se braquait ou prenait la fuite, il faisait demi-tour et la laissait respirer. Forcer les choses n’était pas son genre, bien qu’il était profondément convaincu qu’il fallait saisir sa chance lorsqu’elle se présentait et ne pas se freiner au premier obstacle. Sa philosophie de vie reposait d’ailleurs sur un concept simple : si les choses devaient se faire, elles arrivaient tôt ou tard, du moment que l’on s’en donnait les moyens. Il fallait simplement garder la tête sur les épaules, les pieds sur terre et connaître ses limites. Courir après des chimères revenait à gaspiller un temps précieux. Avec Mélanie, il avait l’impression de l’utiliser à bon escient. Et si elle en venait à lui mettre les points sur les i et lui dire qu’il ne lui plaisait pas et avait imaginé cette attirance et cette complicité, alors il se ferait une raison, finirait par s’intéresser à d’autres filles. Jusqu’à présent, les flirts allaient et venaient sans vraiment que l’intérêt soit réel puisqu’une petite brune occupait très souvent ses pensées. C’était bien là son soucis et c’était sans doute pour cela qu’il se montrait plus direct avec elle, puisqu’elle était désormais célibataire. Il appréciait sa présence et ne s’en cachait pas, tout comme il lui confiait simplement qu’il n’y avait qu’elle, alors qu’ils se retrouvaient en tête à tête -amicalement, certes. Pas d’autres demoiselles, pas de serveuses, juste elle. Néanmoins, il ne voulait pas la mettre mal à l’aise pour autant et la pousser dans ses retranchements, si bien qu’il gardait ce léger sourire rassurant, preuve de sa totale décontraction. Mélanie n’avait pas à se sentir mal, c’était la dernière de ses envies. Mélanie allait presque retourner la situation à l’aide d’une simple question, que Maxim n’avait pas vu venir ! Voilà qu’elle lui demandait ce qui faisait d’elle cette personne unique à ses yeux ; interrogation que le jeune homme ne s’était à vrai dire jamais vraiment posé. il fit tout d’abord mine de se concentrer, pour répondre le plus sérieusement possible. Or, l’humour était plus simple pour se dépatouiller de tout ça ! « Alors… Est-ce que t’as vu Calypso ? Elle est hyperactive cette fille, impossible de la suivre. Cléa a un caractère de cochon avec moi. Amy ? Elle est gentille mais, non. Il faut que je cite toutes les filles du zoo ? » Il ponctua le tout d’un sourire, alors qu’il avait pleinement conscience qu’il n’avait pas répondu à la question de sa collègue. Elle le fixait d’ailleurs avec insistance, lui laissant deviner qu’il ne s’en sortirait pas comme ça. C’était trop facile et elle tenait visiblement à sa réponse. « Est-ce que je dois forcément expliquer d’une quelconque façon pourquoi tu me plais, toi ? » Il fit une petite pause pour boire une gorgée de bière et alors qu’il allait reprendre : « Voici vos tapas ! Attention c’est chaud… Bon appétit ! » La serveuse venait de leur amener deux imposantes assiettes et quelques petits bols, avec des couverts et des serviettes si besoin. Maxim resta muet, se contentant d’un signe de tête en guise de remerciement, presque courtois. Elle l’avait coupé dans son élan, si bien qu’il se demandait ce qu’il allait pouvoir dire pour enchainer. « Eum… Bref ! Je ne pense pas que tout doit s’expliquer. Mais laisse tomber, je te taquinais, je ne voulais pas créer un malaise. » Il hocha les épaules, lui adressant un petit regard en biais. Puis il se redressa et porta son attention sur les appétissantes assiettes qui leur faisaient face. « Bon ! Tu m’expliques ce que c’est ?  Ça a l’air bon ! »


[/quote]
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t60-life-isn-t-about-waiti

avatar

Date d'inscription : 18/02/2017
Messages : 337

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Dim 26 Fév - 22:02

Somebody to lean on
Innocent, remember?

A peine sa question posée, Mélanie avait regretté de l’avoir laissé franchir ses lèvres. Elle n’attendait pas de grande déclaration. A vrai dire, elle en redoutait une. Ses yeux noisette dirigés tout droit sur Maxim, elle l’observait en tentant d’avoir l’air la plus calme possible alors qu’en elle, son cœur et ses pensées s’étaient affolées. Qu’arriverait-il s’il lui faisait le plus beau discours qu’il lui ait jamais été donné d’entendre ? S’il lui déclarait sa flamme ? S’il parvenait, tout simplement, à briser les remparts qu’elle avait dressés autour d’elle ? Quittant brièvement Maxim des yeux – un centième de seconde tout au plus- lorsqu’il commença à lui parler des autres filles du zoo, la jolie brune évalua rapidement le chemin qui la séparait de la sortie. Il n’y avait qu’une vingtaine de mètres à tout casser entre leur table et la porte du bar. Les clients étaient nombreux et elle devrait probablement se faufiler entre plusieurs tables pour réussir à atteindre l’extérieur, mais c’était faisable. Si elle le prenait par surprise il n’aurait peut-être pas l’occasion de réagir et de la rattraper avant qu’elle n’ait atteint sa voiture. Ca se tentait. Reportant rapidement son attention sur le jeune homme, régulant sa respiration qui s’était légèrement accélérée sous l’effet du stress, Mélanie esquissa un sourire légèrement gêné et secoua la tête négativement lorsque Max lui demanda si elle souhaitait qu’il lui expose toutes les raisons qui faisaient que les autres filles du zoo ne l’intéressaient pas. Baissant légèrement la tête, elle releva ensuite les yeux vers lui lorsqu’il l’interrogea à nouveau, lui demandant s’il était vraiment nécessaire qu’il lui expose cette fois toute les raisons pour lesquelles elle lui plaisait. Se mordant légèrement la lèvre inférieure, Mélanie vit là l’occasion de renoncer à sa question et à l’éventuelle fuite qu’une réponse trop franche aurait impliquée. Elle n’avait pas envie de découvrir que Maxim avait déjà des dizaines de raisons de s’intéresser à elle, comme par exemple, le fait qu’elle ait toujours un sourire aux lèvres, ou qu’elle soit tête en l’air, ou toujours prête à rire. Elle ne voulait pas l’entendre dire qu’il aimait la façon qu’elle avait de remettre ses cheveux derrière son oreille lorsqu’une mèche rebelle s’échappait de sa queue de cheval ou bien la moue qu’elle affichait lorsqu’elle était concentrée dans une tâche. Parce qu’alors, il lui aurait été bien trop difficile de ne pas succomber, ne pas se sentir attendrie par le soigneur, attirée par lui.
Une fois encore, la serveuse les interrompit et cette fois encore, Mélanie se sentit soulagée de la voir arriver. Jetant un coup d’œil en direction de la jeune femme, elle lui souffla un rapide Merci avant qu’elle ne s’éclipse et reporta son attention sur Maxim qui semblait lui aussi soulagé de ne pas avoir à donner plus d’explications quant à ses sentiments. S’il était possible de parler de réels sentiments. A vrai dire, Mélanie aurait préféré qu’il ne s’agisse que d’une simple attirance physique, une pulsion sexuelle, n’importe quoi pourvu qu’il ne se mette pas à lui parler d’amour. Lui adressant un sourire, elle hocha positivement la tête et essuya ses mains que le stress avait rendues moites sur son jean. Baissant les yeux sur ses mains dont les articulations la faisaient légèrement souffrir, la jolie brune y remarqua, sur la gauche en particulier, quelques plaques rouges qui ornaient ses phalanges. C’était l’un des symptômes de la maladie que le stress avait dû réactiver. Troublée, elle coinça sa main gauche entre ses cuisses pour la dissimuler et se pencha avec un intérêt nouveau sur les assiettes de tapas pour en expliquer le contenu au beau brun. «C’est assez varié, sur les brochettes c’est du poulet mariné. Là ce sont des sauces. Ca c’est vraiment bon –elle avait saisi entre deux doigts l’un des tapas, un cylindre en feuille de brick fourré avec une sorte de sauce salsa aux petits légumes- Tiens goûtes… » Souffla-t-elle en en présentant un au jeune homme. Elle attendit qu’il s’en saisisse du bout des lèvres avant d’en prendre un pour le manger à son tour. Fermant les yeux lorsque la sauce se répandit sur sa langue, elle poussa un petit gémissement de bonheur : « Hmmm… Je crois que ce sont mes préférés… » Commenta-t-elle avant d’avaler la deuxième partie de son tapas et de sucer son pouce pour en retirer la sauce qui lui poissait les doigts. S’essuyant ensuite les doigts sur une serviette, elle interrogea Maxim du regard tout en se penchant légèrement pour récupérer son sac resté sur le sol. « Alors, qu’est-ce que t’en dis ? » Demanda-t-elle tout en fouillant dans les poches intérieures afin d’y récupérer son pilulier. Elle le trouva au fond de la seconde poche et le posa sur la table avant de reposer son sac au sol et vida ensuite le contenu de la petite boite dans sa main gauche en prenant soin de dissimuler les taches rouges qui l’ornaient. « Faudrait que j’arrive à leur soutirer la recette. Je pourrais me nourrir que de ça… » Ajouta-t-elle en glissant ses médicaments un à un entre ses lèvres. Un, deux, trois, quatre… Les cachets étaient devenus son lot quotidien. Elle espérait qu’ils feraient rapidement disparaitre les marques sur ses doigts et les douleurs dans ses membres. Elle espérait aussi que Maxim ne poserait pas de question à ce sujet, même si elle avait déjà mille excuses toutes prêtes à lui donner. S'emparant de son cocktail, elle en avala une longue gorgée et reposa son verre.

You're the judge, oh no...
Set me free
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t48-theres-a-crack-in-your

avatar

Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 342

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Dim 26 Fév - 23:39

Somebody to lean on
Innocent, remember?

Maxim avait craint le malaise. Il n’était pas un grand séducteur, débordant d’une assurance incroyable et prêt à prendre tous les risques jusqu’à tenter l’impossible. S’il n’avait rien à perdre et qu’il pouvait trouver ça amusant, pourquoi pas ! Mais il ne faisait pas face à n’importe qui et cette fille là, mine de rien, il y tenait. Travailler ensemble, bien que ne partageant pas le même secteur, avait fini par les réellement les rapprocher. Le peu qu’il connaissait d’elle avait su le charmer et même s’il devait abandonner tout espoir de décrocher ne serait-ce qu’un léger baiser de la belle, il préférait préserver ce qu’ils partageaient déjà, soit une agréable complicité. Or, plus la conversation se déroulait, plus il craignait qu’elle le catalogue comme étant un mec à éviter pour avoir la paix. Il n’avait pas cherché à la mettre réellement mal à l’aise, bien que ses petites réflexions avait pour but de faire rosir ses joues, indéniablement. Il devinait cette légère gêne alors qu’elle se mordillait la lèvre inférieure et fuyait doucement son regard. Là, Maxim ne cherchait plus à la contraindre à quoique ce soit. Il la laissait reprendre pieds et réagir comme elle le souhaitait, quitte à devoir affronter un étrange silence l’espace de quelques instants. La serveuse les extirpa malgré elle de ce brouillard, où l’un comme l’autre semblait se perdre et s’enfoncer. Maxim était gêné d’en être arrivé là, regrettant son petit jeu dans lequel il s’était finalement fait piéger. A aucun moment il n’avait voulu la brusquer, ce qu’il tenta maladroitement de lui faire comprendre en coupant court à cette conversation pour très rapidement changer de sujet. A demi-mot il s’excusait et l’invitait alors à faire comme si de rien était en reportant toute leur attention sur la nourriture qu’on venait de leur apporter. La jolie brune sembla tout à fait réceptive, se penchant à son tour sur la table pour observer avec gourmandise les assiettes et démarrer les explications. Il la sentait se détendre peu à peu, ce qui le soulageait lui-même. La catastrophe n’était pas pour tout de suite, et il s’en félicitait ! Mélanie commença donc par les petites brochettes, qui selon elle étaient au poulet. Puis elle désigna des sauces et finalement une sorte de petit nem croustillant, aux parfums épicés. Elle s’en empara et le présenta à Maxim, qui lui lança un regard un peu étonné. Alors ils sortaient tant bien que mal d’un moment embarrassant pour l’un comme pour l’autre et voilà qu’elle voulait lui donner la becquée ? Il était pris de court et ne savait pas comment réagir face à une attitude qu’il aurait aisément pu attendre de sa petite amie. Craignant d’être le seul à le percevoir de cette manière, Maxim n’en fit aucune remarque et s’approcha finalement d’elle pour s’en emparer du bout des lèvres et déguster le met. A son tour, Mélanie en goûta un et lui demanda son avis. « C’est super bon, c’est vrai…  J’ai eu raison de te faire confiance… En tout cas, pour le moment ! » Il esquissa un sourire et ne pu s’empêcher de la détailler alors qu’elle se penchait pour apparemment récupérer son sac. Il la laissa fouiller à l’intérieur, sirotant sa bière en attendant qu’elle ait terminé. Tout naturellement, elle versa dans sa main ce qui ressemblait à quelques cachets et les prit un par un tout en poursuivant ses commentaires au sujet de cette fameuse recette. « Si tu parviens à l’obtenir, tu m’en feras ? » Il ne l’avait pas lâché des yeux, bloquant un peu sur ce pilulier mais essayant de maintenir le dialogue pour ne pas qu’elle le remarque, puisqu’elle avait la tête baissée sur sa propre main. Mais hésita un instant, ne voulant pas être trop indiscret et restant pourtant très intrigué par la scène qui se déroulait sous ses yeux. Il ne l’avait jamais vu prendre quoique ce soit et s’en étonnait un peu. Surtout au vu du nombre et de son état qui ne semblait pas si alarmant que ça. « Dis… Eum… Ca va ? » Il n’en demanda pas plus, par respect pour la jeune femme et sa vie privée. Après tout, elle n’avait sûrement pas envie de lui déballer ses problèmes et cette simple question pouvait suffire à le rassurer un peu. Alors pourquoi en faire davantage ? Sa main gauche glissa sur sa chope de bière légèrement humide tant elle était fraîche, alors qu’il venait s’emparer d’une nouvelle petite bouchée de l’autre. Il espérait ne pas la braquer, sans quoi il n’aurait fait qu’enchainer les erreurs et les boulettes durant cette soirée !



Dernière édition par Maxim Grant le Mar 28 Fév - 22:01, édité 1 fois
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t60-life-isn-t-about-waiti

avatar

Date d'inscription : 18/02/2017
Messages : 337

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Lun 27 Fév - 22:25

Somebody to lean on
Innocent, remember?

Mélanie était soulagée de voir que Maxim avait préféré changer de sujet lui aussi plutôt que d’avoir à lui expliquer les raisons pour lesquelles elle lui plaisait. Ce manque de volonté de la part du jeune homme quant à lui donner une réponse claire et précise réconfortait Mélanie. Il n’était pas amoureux d’elle, il ne voyait pas en elle son âme-sœur ou tout autre foutaise dans ce genre. Elle lui plaisait, point. Inutile d’entrer dans les détails et de compliquer encore plus les choses. Savoir qu’il ne s’intéressait à personne d’autre était bien assez effrayant comme ça. Pas parce qu’il lui faisait peur, non. C’était ses propres réactions qui effrayaient Mélanie. Ravie d’avoir l’occasion de changer de sujet, la jeune femme ne se fit par prier pour expliquer un peu plus en détail le contenu des assiettes qu’on venait de leur apporter à Maxim. Omettant certaines des gourmandises qui s’offraient à eux, souhaitant conserver un minimum de suspens, la jolie brune lui en présenta un directement sans songer une seule seconde au fait que se voir donner la becquée pourrait déranger Maxim. C’était du Mélanie tout craché. Se montrer trop familière, trop tactile… Heureusement, le jeune homme ne lui fit pas la moindre remarque à ce sujet, et la soigneuse se contenta de déguster à son tour l’un des nombreux tapas à leur disposition. Un sourire satisfait éclaira son visage lorsque son collègue approuva son choix et Mélanie laissa échapper un petit rire discret. « Je savais que tu allais aimer ça ! J’veux dire comment est-qu’on pourrait ne pas aimer un truc aussi bon ? » Questionna-t-elle en prenant une nouvelle bouchée. « Tu verras, tu vas aimer le reste, parole de scout ! » Ajouta-t-elle avec un sourire, la bouche encore à moitié pleine et bien qu’elle n’ait jamais été scout de sa vie. Sa parole n’en avait pas moins de valeur pour autant. Si Maxim était gourmand, il ne risquait pas d’être déçu par le reste des festivités même si Mélanie avait ouvert le jeu avec ce qu’elle considérait comme la meilleure partie de ce mix tapas qu’elle affectionnait tant. Fouillant dans son sac à la recherche de ses médicaments, la jolie brune poursuivit malgré tout leur conversation, confiant au beau brun son désir d’obtenir la recette de ces fameuses bouchées si elle en avait un jour l’occasion. Elle n’était pas certaine que le chef accepte de lui livrer tous ses secrets en la matière, mais une chose était sure, si elle avait l’occasion de mettre la main sur cette recette, elle n’hésiterait pas à en faire. A condition d’apprendre à cuisiner avant… « Non, je ne t’en ferais pas… -elle avait secoué la tête en entendant la question de Maxim et releva les yeux vers lui après avoir reposé son sac au sol, ses médicaments précieusement serrés dans sa main gauche - Mais seulement pour ton bien. Parce que je suis affreusement nulle en cuisine et que je n’ai pas envie de finir en prison pour t’avoir empoisonné. Par contre, je suis ok pour partager la recette ! ». Esquissant un sourire, elle lui jeta un petit coup d’œil à la dérobée avant d’avaler ses pilules une à une à l’aide d’une longue gorgée de cocktail. Si elle avait eu tendance à les oublier les premiers temps, Mélanie avait désormais prit le pli. Elle savait qu’elle devait s’astreindre à une certaine régularité dans ses prises si elle voulait avoir une chance de combattre efficacement les symptômes du lupus et qui sait, atteindre un stade de rémission avant une rechute. C’est ce dont serait désormais faite sa vie. Des hauts et des bas. Avec des bas plus nombreux que des hauts. Reposant son verre, la jolie brune releva un regard interrogateur en direction de Maxim lorsqu’il la questionna. Elle marqua une pause et réalisa alors qu’il l’interrogeait à propos de ses médicaments. Hochant la tête, elle lui adressa son sourire le plus rassurant. « Oui, oui… » Souffla-t-elle en croisant son regard avant de détourner les yeux. Il lui était difficile de garder ses yeux rivés dans ceux du jeune homme tout en lui mentant effrontément. Pourtant, bien décidée à brouiller les pistes, la jolie brune se décida à pousser le mensonge un peu plus loin afin de ne pas éveiller les soupçons de Maxim. « C’est juste de quoi me rebooster après mon malaise de la dernière fois… » Ajouta-t-elle. Après tout, ça n’était qu’un demi mensonge. Elle allait plutôt bien compte tenu de la situation. Elle aurait pu s’enfermer dans sa chambre et se lamenter sur son sort, mais elle était là, bien décidée à profiter de sa vie, sans abus tout du moins. Ces médicaments étaient bien là pour lui redonner des forces, l’aider à continuer à avancer sans trop souffrir et surtout, en limitant les effets de la maladie. « Tu devrais goûter ceux-là aussi… » Finit-elle par proposer en montrant à Maxim un petit tas de bouchées panées fourrée de pomme de terre en purée et de fromage. « Tu me diras si tu peux toujours me faire confiance après… » Elle accompagna ses paroles d’un léger clin d’œil avant de glisser un des fameux amuses gueule entre ses lèvres.

You're the judge, oh no...
Set me free
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t48-theres-a-crack-in-your

avatar

Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 342

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Mar 28 Fév - 21:38

Somebody to lean on
Innocent, remember?

La conversation reprenait son cours, et l’un comme l’autre semblait soulagé d’avoir ainsi estompé la gêne tout en chassant ces sujets délicats et personnels. Il faut dire que Maxim n’était pas du genre à faire de grandes déclarations enflammées ni même à vraiment se dévoiler finalement… Il s’avérait parfois bien maladroit avec les mots et encore plus lorsqu’il était question d’un soupçon de sentiment ou tout du moins d’affection. Alors devoir expliquer un aveu qu’il avait dans un premier temps fait sur un ton taquin, et presque piquant, n’était pas prévu au programme. Évidemment, il avait pensé tout ce qu’il avait pu lui dire. Le ton était léger mais le fond du propos on ne peut plus sérieux. Oui, il l’appréciait énormément. Oui, elle l’attirait et c’était indéniable. Mais devait-il réellement se contraindre à lui dévoiler tout ce qui pouvait se tramer dans sa petite tête ? Non, vraiment pas. Et à en voir comme elle se renfermait sur elle-même, il était préférable qu’il garde finalement tout ça pour lui. C’était bien plus sage ainsi, pour préserver cette bonne humeur, cette décontraction, et ainsi sauver la soirée qui venait tout juste de commencer. C’est assez naturellement que l’échange reprit autour des assiettes, faisant de leur contenu un parfait l’échappatoire. Le sourire franc de la demoiselle fit une nouvelle apparition sur ses traits fins, rassurant au passage le soigneur. Elle était ravie de voir que cette cuisine lui plaisait et qu’elle n’avait donc pas menti sur la qualité des petites bouchées épicées. « Parce que t’as été scout, toi ? » -demanda-t-il en riant légèrement, les sourcils relevés, complètement surpris en l’imaginant avec un petit fouloir noué autour du cou et une veste alourdie par 2 kilos de pin’s et badges en tout genre sur la poitrine. Elle faisait l’éloge de ces tapas avec passion, ce qui amusait beaucoup Maxim. « Sérieux ?! » Il fit mine de s’offusquer en apprenant qu’elle ne voudrait pas cuisiner pour lui. S’en suivit un voile de déception, qui s’estompa au profit d’un sourire en coin. Si la belle refusait de passer derrière les fourneaux c’était soit disant pour son bien. « Ah… Merci de me sauver d’une intoxication alimentaire, alors ? » -demanda-t-il, toujours aussi taquin. « Oui, au pire, tu peux me donner la recette et moi je m’occuperais du reste… » Il hocha les épaules et récupéra sa bière, dont il en bu deux longues gorgées. C’était là une manière détournée de tâter le terrain et voir si elle était complètement réticente à l’idée de retenter l’expérience d’une soirée en sa compagnie. Même s’il avait encore du temps pour lui faire oublier les maladresses du départ, il préférait se rassurer ainsi. Au moins, si elle le remballait, il comprendrait tout de suite qu’il pouvait lâcher du leste et se préserver un peu d’un douloureux râteau. Il l’observait d’un regard à la fois troublé et attendri, tentant de la cerner et appréciant pourtant tout ce qui se dévoilait doucement sous ses yeux et bien malgré lui… Mélanie ne laissait pas paraître grand chose de la personne qu’elle était, jouant sur les nuances en tout temps. Elle en disait peu, restait vague, et se contentait souvent de laisser aux autres le loisirs de penser ce qu’ils voulaient d’elle. Elle restait naturelle et simple. En tout cas, c’était l’impression qu’elle lui donnait lorsqu’elle laissait échapper un rire cristallin face au monde et se détournait de tout ce qui virait aux embrouilles dans le zoo. Il la regardait en étant serein et détendu… Jusqu’à ce qu’elle aille piocher dans son sac des pilules, qui ne purent que retenir l’attention du beau brun. L’interroger fut plus fort que lui, se demandant ce qu’elle avait pour prendre ces cachets. Mélanie le rassura aussitôt en lui précisant qu’il s’agissait simplement de compléments, visant à la remettre d’aplomb après le malaise qu’elle avait fait dernièrement. A cela, il se contenta de hocher la tête en signe d’acquiescement et préféra la laisser tranquille avec ça. Et puis, ça n’était pas grave en soit ! Il suffisait de la regarder se resservir dans l’assiette, sans manquer de conseiller Maxim au passage. Il l’écouta sagement et se saisi d’une petite bouchée. Lorsqu’il croqua dedans, il manqua de se brûler et reposa l’autre petit morceau très rapidement pour récupérer son verre. « La gourmandise aura ma peau ! » -commenta-t-il, presque pour lui-même une fois la bouchée avalée et la langue refroidie par un peu de bière fraîche. « Confiance, je ne sais plus trop du coup… » Il lui adressa un regard en coin, cherchant à croiser le sien et lui adresser au passage un sourire plus franc. Là encore, il s’amusait de la situation et cherchait presque à voir si cet éventuel manque de confiance la dérangerait ou non. C’était futile certes, et elle pouvait pertinemment entrer dans son jeu et en rajouter une couche. Il en avait conscience et ne le craignait nullement puisqu’il y verrait là un chemin vers un nouvel élan de complicité.

Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t60-life-isn-t-about-waiti

avatar

Date d'inscription : 18/02/2017
Messages : 337

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Jeu 2 Mar - 21:48

Somebody to lean on
Innocent, remember?

Un sourire amusé éclaira le visage de Mélanie qui haussa légèrement les épaules et les sourcils lorsque Maxim la questionna sur sa prétendue carrière chez les scouts, l’interrogeant du regard. Elle était curieuse de savoir ce qu’il pensait de la question et lui répondit elle aussi par une question : « A ton avis ? ». Le regard pétillant de malice, la jolie brune esquissa un petit sourire avant de mordre dans la chair tendre de sa lèvre inférieure, impatiente de connaître la position de Maxim. Avait-elle l’air d’avoir fait les scouts ? Avait-on ne serait-ce qu’une tête spéciale lorsque l’on avait servi chez les scouts ? Mélanie en doutait, cependant, elle n’avait pas fréquenté suffisamment d’enfants dans cette situation pour en jurer. Ce dont elle était certaine en revanche, c’était qu’il valait mieux pour la santé de Maxim qu’elle ne passe jamais derrière les fourneaux pour lui préparer quoi que ce soit qui n’ait pas été préalablement cuisiné par quelqu’un d’autre. Loin d’être un cordon bleu, la jeune femme savait tout juste se servir de son micro-onde pour y réchauffer les nombreuses portions individuelles des plats insipides qu’elle avait pris l’habitude de manger depuis qu’elle avait pris son indépendance. Et encore, il lui arrivait parfois de réussir l’exploit de les faire trop cuire, au point de les rendre quasiment immangeables. Elle était une vraie catastrophe. « C’est exactement ça ! Et de rien… !» Plaisanta-t-elle, laissant un nouveau rire s’échapper d’entre ses lèvres pleines. Retrouvant un semblant de sérieux lorsque le beau brun lui proposa de lui donner la recette et de le laisser s’occuper du reste, Mélanie afficha un sourire plus discret, plus énigmatique. Un sourire à la Joconde. « Pourquoi pas… ? » Demanda-t-elle en haussant à son tour les épaules d’un air nonchalant, adoptant le même comportement désinvolte que Maxim. Elle aurait bien le temps de refuser plus tard, prétextant un empêchement, ou tout autre excuse pour esquiver un éventuel tête à tête. Elle ne tenait pas à donner de faux espoirs au jeune homme, mais elle ne voulait pas pour autant cesser tout contact avec lui. Elle l’appréciait, vraiment, et malade ou pas, elle était heureuse de pouvoir jouir de son amitié qui lui était plus que précieuse, quand bien même il lui était difficile de penser à Maxim comme à un simple ami. Mélanie avait quelques amis, ni trop, ni pas assez. Et aucun d’eux ne lui faisaient l’effet que lui faisait Maxim. Aucun d’eux ne lui donnait de palpitations lorsqu’ils lui souriaient. Aucun d’eux ne lui donnaient envie de sourire à s’en décrocher la mâchoire. Les lèvres de ses amis ne lui donnaient pas envie de découvrir leur douceur contre ses propres lèvres. Elle ne se demandait jamais la sensation que pourraient provoquer les mains de ses amis sur sa peau. Seul le soigneur provoquait en elle ce genre d’envies. Des envies qu’elle s’empressait toujours de refouler, qu’elle condamnait au silence. Une décision qu’elle salua intérieurement lorsque le jeune homme l’interrogea sur les pilules qu’elle venait d’avaler. Même s’il avait adopté un ton détaché pour la questionner, l’étincelle d’inquiétude dans son regard n’avait pas trompé Mélanie. C’est ce qu’elle refusait de voir en lui, ce qui la poussait à mentir sur son état. Elle ne voulait pas de sa pitié ou de sa compassion. Elle ne voulait ça de personne. Et le seul moyen de s’en préserver, c’était de taire son secret, continuer à vivre presque normalement. Presque. Se resservant pour sauver les apparences, et parce qu’elle mourrait réellement de faim, la jeune femme esquissa un sourire lorsque Maxim lança un commentaire à mi mot avant de remettre en cause la confiance qu’il prétendait avoir placé en elle. Ouvrant la bouche, faussement choquée, Mélanie retint avec difficulté un sourire espiègle malgré tout aisément décelable dans son regard taquin. « J'arrive pas à croire que tu n’aies pas confiance en moi ! Je suis tellement déçue… » Souffla-t-elle en posant une main sur sa poitrine comme si la révélation de Maxim l’avait profondément blessée. Comme touchée en plein cœur. « Moi qui croyait que j’étais ta collègue préférée… » Ajouta-t-elle en lui adressant cette fois un petit sourire mutin. Tendant la main vers l’assiette de tapas, elle attrapa une nouvelle bouchée garnie de sauce salsa qu’elle glissa entre ses lèvres, son regard pétillant posé sur le garçon. Elle avait beau résister de toutes ses forces à l’indéniable attraction qu’il exerçait sur elle à lui sourire de cette façon, Mélanie sentait sa volonté plier chaque fois qu’elle posait les yeux trop longtemps sur Maxim. Chaque fois qu’il la faisait rire, chaque fois qu’il la regardait avec insistance, la jolie brune sentait la carapace qu’elle avait dressé autour d’elle se fendre.

You're the judge, oh no...
Set me free
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t48-theres-a-crack-in-your

avatar

Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 342

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Ven 3 Mar - 13:33

Somebody to lean on
Innocent, remember?

En la détaillant, Maxim pouvait se demander si elle avait été, dans ses plus jeunes années, membre chez les scouts. Après tout, elle avait cette douceur et cette bienveillance si singulière, cette curiosité piquante, un respect et un amour certains pour la nature… Peut-être que tout ceci pouvait en découler. Ou bien était-ce simplement et tout bonnement son caractère et sa nature. Elle le fixait d’un regard amusé et malicieux, qui ne pouvait que charmer le jeune homme. En guise de réponse, il se contenta de hausser les épaules. Il donnait sa langue au chat, n’ayant rien contre un petit mystère supplémentaire la concernant. « Rien ne serait vraiment étonnant avec toi en fait… » Il esquissa un sourire, pour finalement poursuivre l’échange et en arriver à la remercier d’un empoissonnement évité. En effet, Mélanie préférait l’épargner face à ses piètres talents de cuisinière, l’informant que goûter à l’un de ses plats relevait à prendre de sacrés risques. Elle ne souhaitait pas lui faire de mal et refusait donc de lui préparer quoique ce soit… Aussi, Maxim s’en amusa et proposa alors d’inverser les rôles si cela tentait la demoiselle. Lui, n’aurait rien contre passer un tablier et s’affairer derrière des fourneaux pour faire plaisir à la jeune femme. Surtout qu’elle semblait vraiment apprécier ces bouchées épicées. Il fallait simplement qu’elle accepte cette invitation déguisée. Aux vues du petit malaise dont ils venaient de se sortir, Maxim ne savait pas à quoi s’attendre. Allait-elle être réceptive ? Ou bien s’empresserait-elle de le rembarrer ? Une fois de plus, elle laissa planer un doute… Maxim y était habitué désormais, puisqu’elle avait le don de laisser une petite porte de sortie. Elle acceptait sans vraiment le faire, en souriant très légèrement. Maxim aurait pu se perdre dans ce sourire, même avec toute la bonne volonté et la retenue du monde. Elle avait un effet sur lui qu’il semblait bien incapable de pouvoir expliquer. Une fois de plus, il se laissait aller à croire qu’il obtiendrait peut-être un peu plus la prochaine fois et qu’elle serait moins difficile à convaincre pour passer un moment avec lui. Mais maintenant, il préférait rester concentré sur l’instant présent. Ainsi, il pouvait pleinement profiter du moment et ne pas se soucier du reste. Ou presque. A la voir ainsi prendre des cachets, comment ne pas s’interroger ? Il ne voulait en aucun cas s’occuper de ce qui ne le regardait pas, mais il était vraiment trop difficile de ne pas s’en inquiéter un minimum. Or, la jolie brune le rassura aussitôt et très vite le ramena à plus de décontraction. Ils en venaient à se taquiner à nouveau, retrouvant alors ces airs joueurs et ce ton amusé. S’il y avait bien quelque chose qu’appréciait Maxim, c’était sa manière de réagir. Elle entrait aisément dans ses jeux, provoquait en retour, le titillait comme jamais. C’était un répondant qui plaisait énormément au soigneur… Lorsqu’il émit alors quelques doutes quand à la confiance qu’il pouvait désormais avoir en elle, Mélanie ne perdit pas une seule seconde pour réagir de manière quelque peu démesurée. Voilà qu’elle affichait une petite mine presque offusquée et avouait être terriblement déçue. « Je n’y peux rien… » -répliqua-t-il dans un premier temps en levant légèrement les mains, paumes tournées vers le ciel. Elle en rajouta alors une couche, avec une petite phrase qui piqua à vif Maxim. Il arqua un sourcil, ne pouvant retenir un sourire en coin. Sa collègue préférée, ah oui ? Néanmoins, il s’efforça de se contenir, devinant qu’elle en faisait probablement des tonnes, juste pour dramatiser davantage la scène. « Je suis désolée de te décevoir… Ça ne fait peut-être pas tout finalement… » Le jeune Grant changeait d’attitude. Après tout, l’intérêt exprimé clairement ne semblait pas avoir un effet si positif que ça sur l’avancée de leur relation. Cela ne faisait que refroidir sa collègue et il était loin de vouloir dresser un mur entre eux. Et puis il avait beau être gentil, il n’allait pas non plus ramer indéfiniment. Maxim avait un ego masculin assez appuyé, qui commençait doucement à refaire surface pour se réaffirmer. Comme pour lui rappeler qu’il avait aussi ses limites… S’emparant d’une nouvelle petite bouchée, il croqua dedans et haussa les épaules. « Je vais devoir en trouver une autre. »

Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t60-life-isn-t-about-waiti

avatar

Date d'inscription : 18/02/2017
Messages : 337

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Sam 4 Mar - 14:57

Somebody to lean on
Innocent, remember?

La réponse de Maxim surprit Mélanie. Elle s’attendait à ce qu’il lui donne une réponse nette et précise, peut-être même à ce qu’il lui expose les raisons pour lesquelles il pensait qu’elle avait pu appartenir, ou non, aux scouts dans son enfance. Au lieu de ça, il lui affirma que venant d’elle, rien ne l’étonnait plus vraiment. Etait-ce comme ça qu’il la voyait ? Un mystère ? Une énigme ? Etait-ce pour cette raison qu’elle l’intéressait autant ? Parce qu’il était incapable de savoir qui elle était vraiment ? L’étincelle de malice s’éteignit progressivement dans son regard et son sourire s’effaça légèrement, subsistant malgré tout au coin de ses lèvres pleines. Pensive, la jolie brune observait Maxim, les dernières paroles du garçon toujours bien présentes dans son esprit. Elle était incapable de savoir si elle était satisfaite ou non de cette réponse en demi-teinte. Une partie d’elle l’était. Elle avait le sentiment que moins Maxim en saurait sur elle, moins il serait susceptible de développer de réels sentiments à son égard. Plus il serait enclin à se lasser. Personne n’aime les mystères très longtemps. C’est ce qui ennuyait Mélanie dans cette réponse. Avoir l’impression que si Maxim s’était donné tant de mal à lui soutirer un rendez-vous, c’était seulement parce qu’elle était un arcane, une fille qui soulevait chez lui trop de question auxquelles il voulait trouver des réponses. Que se passerait-il lorsqu’il découvrirait qu’au fond, elle n’avait rien de si intéressant ? Que seuls ses efforts constants pour cacher sa maladie la rendaient intrigante ? Il se lasserait. C’était ce qu’elle voulait,non ? Oui… Non…
Se concentrant à nouveau sur la conversation, l’air de rien, Mélanie adopta un air détaché, rassurant brièvement le beau brun sur son état avant de poursuivre. Elle aimait la complicité qui s’était installée entre eux, la facilité qu’ils avaient à se répondre l’un à l’autre sur le même ton malicieux, ne perdant pas une seule occasion de se taquiner, se chercher. C’était agréable, de s’entendre aussi bien avec quelqu’un. Agréable et effrayant à la fois. Faussement blessée par les paroles de Maxim, Mélanie s’amusa à sur-jouer sa déception, une main posée sur le cœur comme si le manque de confiance du jeune homme l’avait vraiment atteinte. Ca aurait pu être le cas, si tout cela n’avait pas été qu’une manière de plaisanter. Mélanie aurait probablement été réellement déçue d’apprendre que Maxim ne lui faisait pas confiance, même si au fond, il n’avait aucune raison de croire en elle. Après tout, elle ne faisait que lui mentir. Pour son bien peut-être, mais c’était mentir malgré tout. Les lèvres toujours légèrement entre-ouvertes, abasourdie, la jolie brune esquissa une moue peu convaincue lorsque le beau brun lui fit savoir dans un haussement d’épaules qu’il ne pouvait rien à cet état de fait. « Bien sûr que tu y peut quelque chose ! Ca n’est qu’une question de volonté ! »Reprocha-t-elle, une moue faussement boudeuse aux lèvres. Si Mélanie feignait très bien la déception, l’expression qui s’afficha sur son visage lorsque le jeune homme fit remarquer qu’il devrait trouver une nouvelle préférée était, elle, tout à fait réelle. Un mélange d’étonnement, de déception et de tristesse qui assombris son regard l’espace de quelques secondes avant qu’elle n’affiche un nouveau sourire. « Bon courage alors… » Souffla-t-elle une petite lueur de défit rallumée dans ses yeux noisette. « Y en a pas deux comme moi… » Ajouta-t-elle en haussant à son tour les épaules après s’être emparée d’un nouveau tapas qu’elle glissa entre ses lèvres avec un petit sourire qui se transforma bientôt en un petit rire laissant clairement entendre qu’elle n’était elle-même pas le moins du monde convaincue par ses propres paroles. Si il le souhaitait vraiment, Maxim n’aurait aucun mal à la remplacer. Ce que souhaitait égoïstement Mélanie, c’est qu’il n’en ait pas réellement envie. Ni maintenant, ni jamais. Savourant le nouvel amuse-gueule, la jeune femme coula son regard doux sur le soigneur et esquissa un nouveau sourire avant de détourner les yeux vers le reste de la salle lorsque l’ambiance sonore changea soudainement. Dans un coin de la salle, un groupe de musiciens avait fait son apparition et le leader au micro annonça finalement le début de l’animation prévue ce soir-là. Tout comme le leur avait prédit la serveuse à leur arrivée, ils auraient droit ce soir à une initiation à la danse. Alors que les musiciens s’étaient lancés dans un premier morceau, des jeunes femmes et hommes en tenues traditionnelles espagnoles commençaient à choisir des gens au hasard dans la salle pour les inviter à danser. L’un d’eux s’avançait dangereusement vers leur table et Mélanie se ratatina sur sa chaise dans l’espoir de disparaitre. « Oh non, ne regarde pas, ils viennent par ici… »Souffla-t-elle à l’attention de Maxim tout en faignant elle-même de regarder ailleurs. Elle aurait préféré avoir l’occasion de voir quel genre de danse les attendait avant de se lancer. C’était pourtant sans compter sur le danseur qui venait de lui prendre la main pour l’entrainer avec lui malgré ses protestations amusées. « Allez venez, vous allez voir c’est vraiment marrant ! » Lançant un regard suppliant à son collègue, Mélanie se laissa finalement entrainer sous le regard amusé de Maxim avant de revenir en arrière pour venir à son tour prendre la main du soigneur et l’entrainer avec elle. « Si j’y passe, tu y passes aussi ! » Lança-t-elle en tirant sur son bras pour l’inciter à rejoindre la piste de danse improvisée.

You're the judge, oh no...
Set me free
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t48-theres-a-crack-in-your

avatar

Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 342

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Jeu 9 Mar - 16:21

Somebody to lean on
Innocent, remember?

S’il y avait bien quelque chose que cette soirée venait de lui confirmer, c’est que Maxim se devait de faire attention à ce qu’il disait. Aux côtés de la jolie brune, il devait se montrer juste. Sans trop en dire. Sans trop en faire. Et bien évidemment sans pouvoir tout garder pour lui et prendre le risque de voir cette complicité s’éteindre doucement jusqu’à peut-être disparaître. On lui avait toujours dit que l’attention entretenait les relations et que sans elle ces dernières devenaient plus légères, plus insignifiantes et s’estompait avec le temps. Elles se transformaient en un souvenir, parfois joyeux ou à son inverse chargé de regrets. Le feeling était bon entre eux, et cela depuis le premier jour de la jeune soigneuse au zoo. C’était quelque chose qu’il appréciait et qu’il ne voulait pas perdre, prenant alors conscience au travers de ses précédentes réactions que ces rapprochements devaient être en demie-teinte, de manière à ce qu’elle ne se sente jamais prise au piège. Même s’il n’en comprenait pas la raison, il respectait ces barrières qu’elle dressait entre eux par moment. Il les acceptait comme pour montrer patte blanche et lui démontrer qu’elle pouvait avoir confiance. Et si elle n’était pas prête à le faire, au moins sa porte lui était grande ouverte et elle n’avait pas à se poser de question… Il voulait chasser cette impression de marcher sur des œufs lorsqu’ils parlaient d’eux et revenir à plus de simplicité et de légèreté. En soulignant le fait qu’elle était surprenante et que l’imaginer scout n’était pas bien difficile, il avait espéré tendre vers un second souffle pour leur conversation. Ils quittaient ainsi les justifications à tout va, quelque en soient leurs natures.

« La volonté peut-être. Mais il faut tout de même des arguments pour inspirer la confiance et donner envie d’y croire. » -répliqua-t-il alors qu’elle se montrait complètement surprise et choquée par ce qu’il venait d’énoncer. Cet aveu avait déclenché une réaction plutôt amusante chez Mélanie. La jeune femme se lançait dans les reproches, affirmant qu’il lui suffisait de vouloir lui faire confiance pour que ça soit le cas ; qu’il en était responsable… Maxim affichait une petite moue, feintant d’être peu convaincu par son discours. Il haussait les épaules, se délectait d’une petite gorgée de bière… Mais jamais il ne revenait sur ses propos en émettant un doute et laissant un infime espoir d’avoir raison. Il en jouait, et s’en amusait beaucoup à vrai dire ! Il suffisait de l’observer pour rire de cette situation et de sa comédie. Alors quand il en rajouta une couche en annonçant sa solution, qu’il allait devoir lui trouver une remplaçante, il apprécia d’autant plus sa réaction. Voilà que Mélanie affichait une petite mine étonnée, empreinte d’un voile de déception. Une expression qui s’envola aussi vite qu’elle s’était dessinée sur ses traits fins, jusqu’à faire douter le jeune homme de leur véracité. Si cette expression était sincère, elle en aurait dérouter le jeune homme. Face à ces mystères et ces interrogations, Maxim ne savait plus trop quoi penser. Mélanie semblait prendre peur lorsqu’il lui portait trop d’attention, puis finalement exprimait de la déception lorsqu’il tendait vers son inverse… C’était à se demander comment se comporter pour ne pas l’effrayer sans trop s’éloigner pour autant. Mais cette fois-ci avait-elle à nouveau joué la comédie ? A en croire ce sourire spontané qu’elle lui offrait désormais, il lui semblait bien qu’elle n’avait jamais quitté son personnage. C’était bien dommage. Mélanie le provoquait en lui souhaitant bien du courage pour trouver cette perle rare. Suite à cet élan d’assurance de sa part, Maxim ne pu qu’en sourire. Il posa sur elle un regard assez insistant, trahissant très aisément son amusement. Est-ce qu’il a fait vraiment envie de lui chercher une remplaçante ? Sûrement pas ! Mélanie l’attirait comme un aimant et ce qu’il avait voulu comme un petit pique à son encontre venait de se retourner contre lui. Elle le poussait dans cette direction alors qu’il aurait aimé qu’elle le retienne. Du moins, qu’elle y mette bien plus de cœur que ça ! Car il savait qu’elle disait vrai, il le sentait : il n’y en avait pas deux comme elle dans le coin !

L’ambiance changea alors du tout au tout, avec une musique pour couvrir le brouhaha général. Le groupe de musiciens avait pris place, puis entamé une première chanson pour inviter la clientèle à se joindre à eux. Ainsi, la fameuse animation allait démarrer ! Cela ne semblait vraiment pas emballer la jolie brune, qui -à peine eut-elle un danseur dans ce champ de vision- chercha à se cacher. Elle avait supplié Maxim de ne pas le regarder et de fuir son regard comme elle venait de le faire. Seulement, l’intervenant avait apparemment jeté son dévolu sur elle puisqu’il avait foncé droit sur sa cible pour la convier au cours. Maxim aurait pu s’en montrer jaloux s’il n’avait pas été aussi occupé à rire de la situation. Le danseur insistait à l’aide d’arguments comme le jeu et la bonne humeur… Maxim pensait s’en être bien sorti en voyant sa collègue quitter son siège et commencer à s’éloigner. Se réajustant sur son tabouret, il fit en sorte de pivoter pour avoir une meilleure vue sur la piste. Or, il ne s’attendait pas à ce qu’elle revienne sur ses pas et s’empare à nouveau de sa main. « Hé ! Mais pourquoi je devrais te soutenir ?! » Après tout, on ne lui avait rien demandé à lui ! Personne n’était venu le chercher, se doutant peut-être qu’il était un piètre danseur. Elle l’avait entrainé avec elle jusqu’à la piste, où désormais il se sentait bien bête. La musique semblait avoir échauffé certains esprits, réveillé quelques déhanchés… Alors qu’il n’en était rien pour lui. Ça promettait d’être sympa !


Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t60-life-isn-t-about-waiti

avatar

Date d'inscription : 18/02/2017
Messages : 337

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Mar 21 Mar - 23:16

Somebody to lean on
Innocent, remember?

Des arguments, Mélanie n’en manquait pas. Elle aurait pu donner à Maxim toute une liste détaillée de raisons pour lesquelles il n’aurait pas été déçu de lui faire confiance, à commencer par le fait qu’elle était tout aussi attirée par lui qu’il semblait l’être par elle. Seulement, les raisons de ne pas la croire étaient quasiment aussi nombreuses, peut-être même plus encore. Parce que depuis quelques temps, Mélanie mentait comme elle respirait, avec l’aisance d’un arracheur de dents. Ou presque. Parce que mentir, quand il ne s’agissait que de petits mensonges sans incidences n’avait rien de difficile. Tout le monde le faisait après tout. Je vais bien, ne t’en fais pas. Mais cacher l’évidence, la nier, n’avait rien d’une partie de plaisir. Il lui était de plus en plus difficile de cacher son état aux autres sans éveiller les soupçons, tout comme il lui était de plus en plus difficile de renier les sentiments naissants qu’elle ressentait à l’égard du garçon dont elle voulait se rapprocher tout en gardant ses distances. C’était ça Mélanie James, un foutu paradoxe. Elle n’avait rien de mystérieux comme se plaisaient à le croire ses proches, comme le pensait probablement Maxim. Elle était seulement une fille compliquée. Le genre de fille dont, avec un peu de recul, on finissait par regretter d’avoir fait la connaissance. Ca lui arriverait à lui aussi, tôt ou tard.

En attendant, la jolie brune comptait bien profiter de la compagnie du soigneur. Pour la soirée tout du moins. Son éternel sourire planté sur ses lèvres mutines, la jeune femme sentit pourtant l’envie de sourire la quitter lorsque l’un des danseurs recrutés pour animer la soirée se dirigea vers elle, mains tendues dans sa direction avec la ferme intention de l’inviter à danser. Secouant la tête pour signifier son refus, la jeune femme supplia Maxim du regard en vain. Le beau brun était trop occupé à rire de la situation pour se soucier une seule seconde de ses protestations et Mélanie se résigna finalement à quitter sa chaise pour se laisser guider en direction de la piste par le danseur. Pourtant, après quelques pas gênés sous le regard de l’assistance dont toutes les têtes s’étaient tournées en direction de la piste de fortune installée dans la salle, Mélanie lâcha la main de l’animateur pour revenir rapidement à leur table se saisir de celle de Maxim qu’elle entraina sans ménagement à sa suite. Si elle devait danser en public, alors lui aussi ! Lui lançant un petit regard amusé lorsqu’il protesta, Mélanie resserra légèrement l’étreinte de ses doigts autour des siens comme pour s’assurer qu’il ne risquait pas de l’abandonner. « Ca s’appelle l’esprit d’équipe Monsieur Grant ! » Lança-t-elle avec un clin d’œil complice avant de s’immobiliser sur la piste aux côtés des autres personnes sélectionnées par les danseurs qui déjà commençaient à montrer à leurs cobayes les postures à adopter. L’homme qui était venu chercher Mélanie s’approcha d’eux et prit la main libre de la jolie brune pour l’inciter à pivoter légèrement afin qu’elle se retrouve face à Maxim. « Puisque vous m’avez volé ma cavalière, il va falloir que vous la fassiez danser maintenant ! » Lança-t-il à l’attention du garçon avec un regard faussement réprobateur. Un sourire étirait les lèvres du danseur qui déposa la main de la jeune femme dans celle du soigneur avant de poser ses mains dans le bas de leur dos pour les obliger à se rapprocher l’un de l’autre. Les yeux à hauteur du torse de Maxim, Mélanie releva brièvement son regard noisette en direction de son collègue auquel elle adressa un sourire légèrement plus timide qu’à l’accoutumée. En se tenant près de lui de la sorte, la jolie brune pouvait sentir la chaleur que dégageait le corps du jeune homme se répercuter contre sa silhouette plus frêle. Elle pouvait sentir d’ici le parfum de son déodorant mêlé à une odeur qui n’appartenait sans doute qu’à lui. L’odeur du foin, du savon et des animaux. Une odeur qui lui chatouillait agréablement les narines et la grisait légèrement.

Baissant à nouveau les yeux, troublée par cette proximité qui n’avait jamais été la leur, Mélanie reporta finalement son attention sur leur professeur de danse qui venait de donner une impulsion dans le bas de ses reins afin de la faire avancer d’un pas tandis qu’il avait incité Maxim à reculer d’un pas. « Très bien, quand elle avance, vous reculez, et ensuite c’est l’inverse. C’est très facile vous allez voir. Balancez les hanches quand vous avancez. Voilà comme ça, très bien ! Continuez, je reviens vous voir dans un instant! ». Se laissant prendre au jeu, Mélanie essayait de suivre le rythme de la musique. Malgré tout, ses gestes étaient maladroits et peu assurés. « Pardon… » Souffla-t-elle lorsqu’elle sentit son pied se poser sur celui de Maxim lorsqu’au lieu de reculer comme elle aurait dû le faire, elle avait avancé en même temps que lui, diminuant ainsi encore un peu plus la mince distance qui séparait leurs deux corps. Baissant les yeux sur ses pieds, la jolie brune essaya de se concentrer à nouveau sur le rythme. Elle espérait qu’en comptant les pas, elle réussirait à prendre le rythme plus facilement. Un-deux, en avant, trois-quatre, en arrière. Les incisives plantées dans sa lèvre inférieure dans un effort de concentration, la jeune femme était ravie de voir que sa concentration était payante. Elle s’en sortait de mieux en mieux ! « Hey on est pas mauvais ! » Lança-t-elle en relevant un regard et un sourire radieux vers Maxim avant de sentir à nouveau son pied venir se poser sur celui du jeune homme. Perdant le rythme à nouveau, Mélanie heurta cette fois son torse contre lequel son nez vint s’écraser. « Merde, désolée… » Pouffa-t-elle en relevant à nouveau les yeux vers son collègue dont elle croisa le regard amusé dans lequel ses iris sombres se perdirent l’espace de quelques secondes. « J’espère que je ne t’ai pas fait mal… » S’excusa-t-elle en se mordant à nouveau la lèvre inférieure.


You're the judge, oh no...
Set me free
Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t48-theres-a-crack-in-your

avatar

Date d'inscription : 23/01/2017
Messages : 342

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Jeu 23 Mar - 17:25

Somebody to lean on
Innocent, remember?

L’esprit d’équipe… C’était vraiment tout ce qu’elle avait trouvé comme excuse pour le trainer avec elle sur la piste de danse ?! Au moins, elle lui avait répondu et ne s’était pas contentée de l’embarquer avec lui sans un mot, sous le regard curieux de toute la clientèle du bar à tapas. Toujours avec cette pointe de taquinerie, ce petit air mutin et ce sourire amusé. Toujours avec ce charme fou. Et c’était probablement pour cela qu’il n’avait pas réellement freiné la jeune femme, acceptant presque malgré lui cette sentence. Très vite, ils s’étaient retrouvés sur cette piste de danse, en compagnie des autres danseurs de fortune de la soirée. En sentant ces nombreux regards posés sur eux, Maxim eu un vague soupçon de regret, saupoudré d’une pincée d’hésitation. Il n’avait jamais été un grand danseur, mais fort heureusement pour lui il avait une décontraction naturelle qui lui assurait de prendre les choses avec le sourire, qu’importe les faux-pas. Quand d’autres auraient été plongés dans un horrible malaise, il se contentait de hocher les épaules et faire face. Après tout, il n’y avait pas mort d’homme à mal danser en public… Il prenait simplement le risque d’être ridicule devant Mélanie ; chose dont elle ne pourrait pas le blâmer puisqu’elle en serait à l’origine. On l’accusa d’avoir volé cette cavalière au regard mutin, et il leva les yeux au ciel en signe d’innocence. Cet intervenant faisait fausse route : Maxim n’y était pour rien si elle préférait prendre des risques en s’affichant avec un mauvais danseur plutôt que de se laisser guider par un professionnel ! La main de Mélanie se cala dans la sienne sous l’impulsion de l’inconnu, alors que ce dernier les rapprochait sans même leur laisser le temps de réagir. Maxim allait-il s’en plaindre ? Sûrement pas ! L’idée de danser en public ne l’emballait pas des masses… Mais se retrouver tout contre la jolie brune n’avait rien de désagréable, avouons-le ! En croisant ce regard peu assuré, un léger sourire étira les lèvres du soigneur. « Tu l’as cherché ! » -fit-il remarqué en appuyant bien sur ce détail. A vrai dire, il se délectait de la situation. Mélanie faisait tout son possible pour sans cesse le repousser et voilà qu’elle venait désormais le chercher pour un rapprochement physique. Certes, innocent. Mais un rapprochement quand même !

Sous de nombreux regards curieux, ils démarrèrent ce semblant de cours et Maxim fit mine d’être des plus concentrés. C’était une tâche particulièrement difficile en étant si proche de la demoiselle, mais il s’y efforçait. Un pas en arrière… Un pas un avant… Il suivait les indications et les encouragements de leur professeur, et lorsque ce dernier eut le dos tourné, Maxim ne pu s’empêcher d’exagérer ses mouvements pour se moquer un peu et amuser la jeune femme. « Si tu veux, je peux prendre un accent espagnol et te souffler à l’oreille la recette de la paella ! On sera à fond dans le thème comme ça ! » En constatant qu’il avait apparemment déconcentré sa partenaire et que cette dernière en venait à lui marcher sur les pieds, il s’y résigna. Il était préférable de rester sérieux, s’il tenait à garder ses pieds en vie. Et puis Mélanie semblait porter une attention particulière à bien suivre le tempo et les pas, il ne fallait pas la décevoir. En penchant la tête en avant pour jeter un coup d’œil à leurs pieds et repartir dans le même sens qu’elle, il manqua de lui donner un petit coup mais se rattrapa de justesse en relevant la tête dans un mouvement presque dansant. Un sourire fut suffisant pour exprimer des excuses silencieuses, alors qu’ils reprenaient chacun un bon rythme. Voilà, ils s’en sortaient à nouveau et Mélanie était fière d’eux ! « On est plutôt… » Il n’eut pas le temps de finir sa phrase que la douce maladresse de la demoiselle refit surface pour cette fois-ci l’amener à le percuter de plein fouet. Elle s’excusa une seconde fois et sa réplique décrocha un sourire à Maxim. « Non, ça va… Et toi, rien de cassé ? » De sa main -presque- libre, il quitta sa taille une demie seconde pour venir pointer le bout de son nez. Très vite, elle retourna à sa place en voyant du coin de l’œil le professeur revenir vers eux. Instinctivement, il rapprocha Mélanie tout contre lui.

Voir le profil de l'utilisateur http://tampa-zoogaelle.forumactif.com/t60-life-isn-t-about-waiti

avatar

Date d'inscription : 18/02/2017
Messages : 337

MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   Sam 15 Avr - 12:03

Somebody to lean on
Innocent, remember?

Un demi-sourire étira les lèvres de Mélanie lorsque Maxim lui fit remarquer qu’elle avait cherché, et donc mérité, ce qui était en train de leur arriver. Quoi qu’elle ait fait pour mériter ce type de châtiment, la jolie brune ne pouvait s’empêcher de penser qu’elle était prête à refaire encore et encore la même erreur si sa punition consistait à se retrouver là, dans les bras du jeune homme  à esquisser quelques pas de danse mal assurés. Même si elle se fustigeait en pensées d’avoir encore cédé à une pulsion stupide qui ne risquait que de leur faire du mal à l’un comme à l’autre - parce que ça arriverait, tôt ou tard-, Mélanie ne pouvait faire semblant d’ignorer le fait que son cœur s’était mis à battre un peu plus fort depuis que le beau brun avait refermé ses doigts sur sa taille.

Concentrée sur ses pas, Mélanie se laissait guider pas Maxim qui lui semblait avoir mieux intégré qu’elle le rythme qu’il convenait d’adopter pour se mouvoir avec un minimum d’aisance sur cette piste de fortune. En témoignait la facilité avec laquelle il s’était mis à exagérer ses mouvements quelques instants plus tard en lui proposant de lui souffler la recette de la paella à l’oreille. Un petit rire s’échappa des lèvres de la soigneuse qui perdit le compte de ses pas et lui marcha à nouveau maladroitement sur le pied. « Oups, merde… » Pouffa-t-elle tout en essayant de retrouver le bon tempo. Elle y parvint quelques secondes plus tard et releva les yeux vers Maxim, un léger sourire amusé toujours pendu aux lèvres. « Peut-être que si tu la récitais directement en espagnol ça serait plus romantique, querido » plaisanta-t-elle à son tour en lui susurrant le seul mot espagnol qu’elle connaissait, ou plutôt pensais connaitre puisqu’il s’agissait en réalité de portugais et qu’elle n’était même pas certaine de savoir ce qu’il signifiait. Peut-être venait-elle de le traiter de vieux fromage, ou de vieille croute de pizza. Elle n’en savait strictement rien. Elle avait lu ce mot dans un roman, le héros y passait son temps à appeler l’héroïne querida et en retour, cette dernière l’appelait querido. Mélanie avait fini par en déduire qu’il s’agissait d’un petit nom affectueux, rien de plus…

Accordant ses pas à ceux de son collègue, Mélanie fut ravie de constater qu’avec un peu de concentration et quelques petits efforts, ils s’en sortaient plutôt bien, voir même très bien ! Un constat qui enthousiasma la jolie brune jusqu’à ce qu’elle perde à nouveau le compte de ses pas et se heurte au torse de Maxim. Le nez légèrement endoloris par le choc, la soigneuse secoua néanmoins négativement la tête et esquissa un sourire en sentant l’index du jeune homme venir tapoter la pointe de son nez. « Non ça va, même si t’as le torse sacrément dur… »Plaisanta-t-elle tout en faisant un léger pas en avant sous l’impulsion de Maxim qui venait de resserrer son étreinte dans son dos la rapprochant ainsi sensiblement de lui. Ils étaient vraiment proches à présent. Tellement proches que Mélanie pouvait sentir le souffle chaud du jeune homme venir lui chatouiller le front chaque fois qu’il expirait. Elle était certaine qu’en relevant un peu plus la tête vers lui, c’est sur ses lèvres qu’elle pourrait sentir le petit courant d’air chaud venir s’écraser en douceur. A cette pensée d’ailleurs, la jeune femme releva légèrement les yeux vers le beau brun avant de faire pivoter sa nuque en arrière, juste assez pour qu’effectivement, le souffle chaud qu’il exhalait de manière régulière vienne cette fois lui chatouiller les lèvres sur lesquelles elle passa inconsciemment sa langue humide. Son regard qu’elle espérait discret détaillait le visage du garçon et Mélanie s’attarda sur sa bouche. Elle nota mentalement pour la première fois que sa lèvre supérieure était légèrement moins charnue que sa lèvre inférieure et se fit la réflexion qu’il devait sans aucun doute être agréable d’embrasser une telle bouche. Il y avait tellement longtemps qu’on ne l’avait pas embrassée… Inconsciemment, la main de Mélanie qui se trouvait sur l’épaule de Maxim avait légèrement resserré son étreinte et une légère sensation de chaleur s’était diffusée dans son corps. Sensation qui se stoppa immédiatement lorsqu’elle sursauta légèrement en entendant leur professeur de fortune taper dans ses mains. « Allez, on va corser un peu l’exercice, tout le monde change de partenaire ! »



Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Somebody to lean on ◈ Maxim   

 
Somebody to lean on ◈ Maxim
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» you know you can lean on me ◊ Pete (terminé)
» Maxim Afinogenov R 31 4000000 2 79 79 85 67 72 62 88 73 49 66 64 75 81 67 72
» Dark Hope
» Montreal Canadien
» Ca y esttttttttttttttt

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ZOO Tampa :: TAMPA & LE MONDE :: West Tampa :: Tap's Bar-
Sauter vers: